André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Législatives 2016, Discipline à géométrie variable au PDCI

Législatives 2016, Discipline à géométrie variable au PDCI

Au PDCI, il y a d’un côté, ceux qui ignorent royalement les textes qu’ils ont eux-mêmes écrits ou fait écrire. Et de l’autre, ceux qui doivent subir la rigueur de la discipline du parti, parce qu’ils osent se dresser contre les décisions prises en violation des textes écrits. Les Paul Yao N’Dré, il y en a manifestement beaucoup, au sein des partis politiques ivoiriens.

Deux ou trois précisions pour commencer. Tous les partis en Côte d’Ivoire sont concernés par la discipline à géométrie variable, dans le cadre de ces législatives. Tous. Aucun n’est véritablement démocrate et aucun ne respecte scrupuleusement ses propres textes. Il n’y a qu’à voir comment les candidats de tous les partis (opposition comme pouvoir), ont été choisis dans un bureau à Abidjan; pour s’en convaincre.

Je choisis de m’attaquer au seul PDCI parce que lui au moins, je sais que je le « moyen » Lol. Sérieusement, c’est le parti que je suis à l’aise de critiquer, parce qu’au moins, je suis sûr que personne ne cherchera à me chercher dans Abidjan-là, pour me coller une baffe. #JeDéconne

Ma position

Pour le reste, voici ma position sur le choix des candidats à des élections qu’elles soient locales ou nationales. Etant démocrate, j’ai toujours clamé que les choix qui s’opèrent dans l’adversité fragilisent les partis politiques. C’est pour cette raison que je pense que le consensus est la meilleure option démocratique, pour faire triompher un parti politique.

Cependant, quand le consensus n’est pas obtenu (pour des raisons diverses), il ne reste plus que les élections primaires, pour départager les prétendants.

Cela dit, revenons à notre sujet. Pourquoi j’estime qu’il y a une discipline à géométrie variable au PDCI ? Pour une raison toute simple. Dans le cadre de ces législatives, le parti avait publié un communiqué relatif aux conditions d’éligibilité. C’était le 12 mai 2016.

Critères d’éligibilité

Ainsi, pour pouvoir être candidat à la candidature du PDCI, fallait-il disposer de « La photocopie de la carte de militant comportant les stickers des années 2014, 2015 et 2016 ». Les décideurs du PDCI peuvent-ils regarder droit dans les yeux de leurs militants et déclarer que tous ceux qui ont été choisis, au détriment d’autres candidats, sont des militants actifs de ce parti, depuis au moins deux ans ?

L’une des conditions était qu’il fallait « Être un/une militant (e) fidèle et loyal (e) au PDCI-RDA ». Ici, il est évident que cette discipline du parti n’a pas été respectée par les décideurs du PDCI qui ont eux-mêmes écrit ce texte.

En effet, on retrouve sur la liste des candidats retenus depuis Abidjan, des gens qui se sont, au moins, une fois, rebellé contre les décisions du parti. Certains ont même été candidats indépendants, lors des élections locales passées et ont fait perdre leur parti, dans certaines localités. Est-ce cela la loyauté ?

En outre, le communiqué parle distinctement d’élections primaires et insiste « sur l’objectivité et la sérénité qui doivent entourer cette opération d’analyse des candidatures afin de garantir le succès du parti aux élections Législatives de 2016 ». Tel que cela a été fait, au PDCI, les décideurs peuvent-ils regarder droit dans les yeux de leurs militants et affirmer que les choix ont été faits avec objectivité ?

Décideurs du PDCI, regardez vos militants dans les yeux…

Au demeurant, alors que les travaux du Comité électoral mis en place, devraient être bouclés au plus tard, le 21 août 2016, les décideurs au PDCI peuvent-ils regarder leurs militants dans les yeux et expliquer comment cela s’est-il fait que la liste des candidats s’est retrouvée dans les journaux, sans retour à la base, à deux-trois jours, de la date limite de dépôt des dossiers à la CEI ?

Comment peuvent-ils expliquer que certains candidats retenus sur la première liste rendue publique dans les médias aient été retirés de la seconde liste ? Comment peuvent-ils expliquer à leurs militants, comment des gens qui ne sont pas réputés militants du PDCI se sont retrouvés candidats de ce parti, au détriment de militants avérés, qui étaient en course ?

J’apprends que le PDCI a convoqué 17 de ses militants, qui se sont constitués candidats indépendants, à l’issue du choix opéré par leur parti et compte sans doute les sanctionner (comme l’a fait, sans procédure réglementaire, ni élégance politique, le RDR -j’ai dit que je ne parlerais pas des autres partis, excusez-moi donc, pour cette digression) de ne s’être pas pliés aux décisions manifestement anti-démocratiques (les règles de base n’ont pas été respectées, on est bien d’accord là-dessus) des décideurs.

« Qui est le plus indiscipliné ? Celui qui prend des textes et qui ne les respecte pas lui-même ou celui qui ne respecte pas les décisions prises par celui qui viole ses propres textes ? »

Ces convocations sont injustes, je le dis très fermement. Elles démontrent la discipline à géométrie variable, au sein du parti. En effet, au nombre des critères d’éligibilité, figurait une  » une déclaration sur l’honneur, du / de la candidat (e), s’engageant à ne pas être candidat (e) indépendant (e), ni à quitter le PDCI-RDA pendant la législature ».

Dès lors, que les décideurs eux-mêmes n’ont pas respecté leur propre discipline procédurale, peuvent-ils, en toute honnêteté (ne serait-ce qu’intellectuelle) opposer ce critère aux indépendants ?

Quand vous fixez des règles, il faut commencer soi-même par les respecter. Vous ne pouvez pas tordre le cou aux règles et brandir des sanctions contre ceux qui ne respectent pas vos décisions issues de la violation de vos règles. Cela s’appelle se prévaloir de ses propres turpitudes.

La forfaiture de Yao N’Dré

Cela rappelle la grotesque forfaiture de Paul Yao N’Dré. Le pitoyable ex-président du Conseil constitutionnel avait réussi l’insoupçonnable prouesse d’annuler les résultats dans huit départements du pays, y compris dans celui de Séguéla, pourtant non visé par la saisine de Laurent Gbagbo (eh oui, ça aussi c’est l’histoire), à inverser les résultats du scrutin qui donnaient Alassane Ouattara vainqueur, selon les chiffres de la Commission électorale et à proclamer le perdant, vainqueur, alors que les textes l’en interdisaient.

A lire:

Gabon : Marie Madeleine Mborantsuo n’est pas Paul Yao N’Dré

Et il s’est trouvé des gens, pour dire qu’il fallait respecter cette décision manifestement illégale de Yao N’Dré, sous le prétexte débile que les décisions du Conseil constitutionnel sont inattaquables. Il est important que nos partis politiques en Afrique, et principalement en Côte d’Ivoire, sachent faire les choix démocratiques et n’oublient pas leur histoire.

Quand on a été victime d’une si criminelle forfaiture liée au non respect des textes, on ne peut pas s’amuser à ne pas respecter des textes soi-mêmes. Le PDCI, tout comme les autres partis politiques ivoiriens, doit faire fermement le choix du respect scrupuleux des procédures démocratiques.

Enfin, j’aimerais poser une question de bon sens. Qui est le plus indiscipliné ? Celui qui prend des textes et qui ne les respecte pas lui-même ou celui qui ne respecte pas les décisions prises par celui qui viole ses propres textes ? Qui est le plus indiscipliné ?

André Silver Konan

7 thoughts on “Législatives 2016, Discipline à géométrie variable au PDCI

  1. La vérité c’est que personne ne croit, dans la classe politique que la loi s’applique à lui. A l’intérieur des partis la loi c’est le chef. Et pour ce qui concerne l’élection de 2010, la CEI n’a arrêté aucun résultat puisque les délibérations de la Commission Centrale ont été bloquée par les ultras des deux camps.

  2. Le monde évolue. Ceux qui ne veulent pas comprendre, seront mis devant les faits. A Sirasso, Soro Kanigui Mamadou a battu le choix Rhdp avec 4529 voix contre 2938 voix malgré les moyens et les pratiques honteuses.

  3. En 2020, personne n’acceptera des choix et des décision arbitraires. La question de l’heure, ces radiés élus seront-ils réintégrés par le Rdr et le Pdci ? La coalition au pouvoir n’a pas la majorité des 2/3 pour les lois organiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *