André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Retour sur la rébellion du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire

Retour sur la rébellion du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire

Quatorze ans après la rébellion du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire, la position d’André Silver Konan n’a pas changé. Il nous dit pourquoi.

19 septembre 2002. Ma position n’a pas changé. Elle est de principe et ça n’a rien de personnel. Étant un partisan de la non-violence et défenseur de principes républicains, à l’aune de ma Foi religieuse, j’estime qu’on peut obtenir des changements politiques notables autrement que par les armes. A mon avis (et je ne me trompe pas) on aurait pu nous faire l’économie de cette guerre, qui a causé tant de morts, déstructuré nos familles et renforcer la haine entre deux camps aux positions aujourd’hui irréconciliables, ce qui n’était pas le cas avant, puisqu’il y a eu le Front républicain.

« On peut obtenir des changements politiques notables autrement que par les armes. »

Regardons les choses en face. Froidement. Au fond, notre société ivoirienne a-t-elle changé après la rébellion ? Oui, puisque le détestable concept de l’Ivoirité (personnellement je n’y ai jamais adhéré, parce que bien que ses concepteurs évoquent son fondement culturel, dans les faits, c’était devenu une arme politique anti-nordiste et comme je ne m’en tiens davantage aux actes du politique qu’à sa rhétorique, je ne pouvais pas adhérer à l’exclusion) a disparu notamment dans notre administration publique et sur nos routes. Non, puisque dans le fond, les Ivoiriens (du moins, une bonne partie des Ivoiriens) restent fondamentalement attachés à la tribu, donc à l’exclusion et cela n’a pas changé, je dirais même que ça s’est accentué. Personne ne me contredira.

Position principielle

En clair, on aurait pu arriver au respect de l’identité des populations du Nord, par un fort leadership politique (ce que le RDR faisait déjà) aidé d’une puissante machine intellectuelle et civile (l’on se rappelle la prise de position d’Alpha Blondy, par exemple). Le résultat, je vous assure, aurait été le même, à savoir la fin du contrôle au faciès et l’exclusion. Je me rappelle avoir une fois bloqué le car qui me transportait vers Man parce que j’avais refusé de re-monter, en laissant des gens en boubou, qui avaient été mis aux arrêts au corridor de Duékoué, pour la simple raison qu’ils n’avaient pas de pièce d’identité à jour. J’ai posé une question aux gendarmes à laquelle ils n’ont pas pu répondre, ce qui a motivé ma résistance. Je leur ai demandé : « quand on n’a pas de papier à jour, quelle est la procédure ? La loi vous demande-t-elle de placer en garde à vue la personne en question ? ». J’étais encore très jeune, mais d’autres passagers m’avaient rejoint et excédés, les gendarmes ont libéré tout le monde.

« J’étais encore jeune et je n’ai pas applaudi le coup d’Etat de 1999 »

J’étais encore très jeune, mais je ne supportais pas le Parti unique, en tant que modèle de pensée unique, j’ai toujours pensé que de la discussion jaillit la lumière. J’étais encore très jeune, mais j’étais favorable au multipartisme, sans jamais avoir adhéré à un quelconque parti politique (tous mes camarades de classe, dans les années COB et Lycée classique peuvent témoigner). J’étais encore jeune et je n’ai pas applaudi le coup d’Etat de 1999, comme bien d’autres qui aujourd’hui s’étonnent que d’autres applaudissent la rébellion contre eux. Quand je suis entré dans la presse, en novembre 2002 grâce à Denis Kah Zion que je remercie, une fois de plus, au passage, je n’ai pas adhéré à la rébellion et à ses dérives au Nord, tout comme je ne supportais pas les excès du camp loyaliste au Sud. Mes anciens collègues sont là qui peuvent le témoigner et tous mes écrits pendant cette période douloureuse sont là qui l’attestent. Je suis un homme de principes et ceux-ci ne sont pas à géométrie variable.

Position spirituelle

L’on me répondra qu’il fallait aussi que Laurent Gbagbo quitte le pouvoir. Et je répondrai qu’au mieux, Gbagbo aurait perdu la présidentielle de 2005, au pire, il aurait bouclé son dernier mandat en 2010 et il serait parti et dans ce cas aussi, on aurait évité la confrontation armée et son lot de sang, de pleurs et de grincement de dents. En utilisant la voie des armes pour faire partir Gbagbo, mine de rien, il a mis onze ans au pouvoir, là où constitutionnellement, il devrait en faire dix. Et je demeure convaincu qu’avec les pressions internationales et internes, ce dernier aurait ouvert le jeu démocratique, au moins, avant la fin constitutionnelle de son mandat, ce qui aurait eu le même résultat : à savoir l’alternance au profit d’Alassane Ouattara.

Evidemment, ici, on est en pleine analyse prospective à rebours, donc en pleine fiction (Lol) parce qu’il n’est pas exclu que le FPI serait tenté de s’arc-bouter au pouvoir (comme il l’a d’ailleurs essayé après son échec à la présidentielle de 2010) et dans ce cas, la sempiternelle loi de la nature s’appliquerait à Laurent Gbagbo, comme elle s’est appliquée au Général Robert Guéi, à savoir que celui qui parvient au pouvoir par la ru(s)e, en soit chassé par la ru(s)e…

« En septembre 2002, il y avait d’un côté les loyalistes et de l’autre côté les assaillants. »

Bref. Ma position, plus spirituelle celle-là, est ceci : la crise du 19 septembre 2002, intervenue au moment où Laurent Gbagbo se trouvait à Rome, en attente d’une audience avec le bienheureux pape Jean Paul II (qu’il n’aura jamais) ; a une origine spirituelle. Ivoiriens, regardons en nous-mêmes et voyons ce que nous avons pu faire collectivement de si mal, pour que nous subissions ce déferlement de forces de la violence, pendant près de dix ans (2002-2011). En septembre 2002, il y avait d’un côté les loyalistes et de l’autre côté les assaillants. A l’heure où j’écris ces lignes, je ne suis pas capable de dire qui a été le plus « possédé » par le diable, pour assouvir ses desseins sanguinaires sur la Nation. Une chose est certaine : nous avons tous péché !

4 thoughts on “Retour sur la rébellion du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire

  1. le nord ou les nordistes? du grand n’importe quoi…. ils ont pris des armes pour le défendre soi-disant nord ou les nordistes. Mais aujourd’hui de Soro à Wattao en passant par Touré Herve, Cherif Ousmane, Kone Zakaria, Morou, Tuo Fozie, Konaté Sidiki, Fofie Kouakou, etc…sont tous devenus des milliardaires et ce qui est amusant c’est de savoir combien ont-ils investis dans ce nord ou encore qu’est ce qu’ils ont apporté à leur parent du nord? je veux savoir. Aux dernières nouvelles il n’y a pas de taxis dans les grandes villes du nord tant aimé. Aucun building n’a été construit. j’apprends encore que les Dieux du nord que sont l’anacarde et le coton sont profanés( pillés) par leurs adeptes( les enfants du nord)……Je m’arrête là et je sais que un vrai oui un vrai ivoirien prendra le relais. Que Dieu garde notre pays…..

  2. moi je dis une chose , on pose des actes dans des situations pour chercher a résoudre certains problèmes.
    quand on instaurais la carte de séjour ,cela montrais aux ivoiriens que l’ Etranger devrait avoir payer son droit de circuler en CI et que la police était charger du contrôle.
    or la plupart de ceux qui payait avait le même nom que les ivoiriens ,confusion.
    donc si tu n’a pas de pièces tu est vu comme un fraudeur,ci qui n’était pas 100/100 le cas. les hommes se plaignaient mais le gouvernement de ce temps la fermait les yeux .
    parmi ceux qui était charger de contrôler cette carte de séjour et qui fesait des brimades ,il avait belle et bien des policiers et des gendarmes originaire du nord de la cote d’ivoire . personne n’a voulu écouter les plaignants,et ce gouvernement était tranquille pas de problèmes.
    quand le conflit OUATTARA ,BEDIE éclate , Bedie crée une autre chose qui est L’IVOIRITE pour encore indexer les étranges .en ce moment la personne n’est appelé xénophobe et personne ne voie les inconvenants.
    et voila qu’on veux ce présenter a la présidence ,et la on voie que les nordisses son marginalisé ,ne sont pas respecté et bien d’autre ,donc il faut prendre les armes pour avoir une autre indépendance du nord .
    la France qui veux que le lait et le miel coule chez eux et non chez les autres entre en jeux.ne cherche pas résoudre le problème pour une paix durable,mais comment faire des profits, au diables si il a 150000 mort ou 200000 mort. comment organiser des élections ou chaque camp a des armes a la mains .
    on a tous vu les résultats. aujourd’hui es ce que les nordisses sont bien vu par les autres ,je pense que ces la même sympatrie même vie . le NORD est resté comme il était .
    personne ne mérite de mourir pour assouvi las désirs ignobles des politiciens africain faisan le bonheur de la France.

  3. хочу играть в бесплатные
    игры без регистрации
    g играть блэкджек онлайн бесплатно
    играть в игровые автоматы бесплатно онлайн бесплатно
    http://www.russkoe cazino
    скачать бесплатно игровые апараты
    русское казино игровые автоматы играть
    без регистрации
    texaskiy poker
    слоты бесплатно без регистрации демо играть
    игровые автоматы играть бесплатно без регистрации азартные
    играть бинго бесплатно
    buhfdst автоматы
    spin win2 казено
    аркада играть бесплатно без регистрации http://www.seacaef.org/online-casino-vulnak-avtomati/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *