L'Afrique dans la spiritualité chrétienne : une histoire qui remonte à la création du monde

L’Afrique dans la Bible : Voici les versets qui prouvent que la spiritualité chrétienne est aussi africaine. Dans cette méditation dominicale, nous vous livrons des extraits de passages dans la Bible. Notre objectif est de bien montrer aux chrétiens africains, qu’ils ne doivent développer aucun complexe, devant les pourfendeurs de leur foi. Le Dieu d’Israël est aussi le Dieu de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Europe et de l’Asie.

Deux ou trois choses pour commencer. Les historiens de l’Afrique vous diront que pendant longtemps, le sud de l’Afrique a été appelé Ethiopie. Ces mêmes historiens vous diront aussi que pendant longtemps, Koush (Kouch, Cush ou Kush) a désigné, dans la Bible, des pays situés au sud de l’Egypte, tels l’actuel Soudan et l’Ethiopie.

Enfin, je souhaite souligner que ce texte n’a pas pour vocation d’établir l’arbre généalogique des Africains, qui seraient des descendants de Noé, père de Cham, père de Koush, père de Seba (ou Saba).

L’Afrique dans la Bible : l’Ancien testament

Voici donc des références qui se rapportent à l’Afrique, dans l’Ancien testament de la Bible. Preuve que la spiritualité chrétienne née de la religion abrahamique n’est pas étrangère à l’Afrique, comme certains Africains, mus par des desseins inavoués, veulent le faire croire.

Au commencement de l’histoire de l’humanité, selon la Bible, on parle de l’Afrique. « Le deuxième fleuve s’appelle le Gihôn, il contourne tout le pays de Kush ». (Genèse, chapitre 2 :13″.

Ou encore dans Isaïe 18 : 1, 20 « Malheur ! pays du grillon ailé, au-delà des fleuves de Kush, toi qui envoies par mer des messagers, dans des nacelles de jonc, sur les eaux. Allez, messagers rapides, vers une nation élancée et bronzée, vers un peuple redouté ici comme au loin, une nation puissante et dominatrice, au pays sillonné de fleuves ».

L’expression « une nation élancée et bronzée » ne vous a sans doute pas échappée… Tout comme cette référence à la couleur de la peau est présente dans l’une des mises en garde du prophète Jérémie adressée à Judas.

« Si tu dis en ton cœur : Pourquoi cela m’arrive-t-il ? C’est à cause de la multitude de tes iniquités Que les pans de tes habits sont relevés, Et que tes talons sont violemment mis à nu. Un Éthiopien peut-il changer sa peau ? Et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal ? » (Jérémie 13 : 22, 23).

Et on parle surtout de la spiritualité africaine. « Psaume 68 verset 32 : « Depuis l’Égypte, des grands viendront, Kush tendra les mains vers Dieu ». A retenir cette dernière phrase: « Kush tendra les mains vers Dieu ». Ce que nous continuons de faire encore aujourd’hui, nous chrétiens africains, des millénaires plus tard.

L’épouse africaine de Moïse

Plus important, l’Ancien testament parle très clairement de l’épouse africaine de Moïse, le grand prophète du Judaïsme et de l’Islam. Ce passage est intéressant, d’autant que Dieu fait justice aussi bien à Moïse qu’à son épouse.

« Moïse avait épousé une femme kouchite. Miryam et Aaron se mirent à le critiquer à cause de cela. Et ils dirent: Est-ce seulement par l’intermédiaire de Moïse que l’Eternel a parlé ? N’est-ce pas aussi par notre intermédiaire ?

L’Eternel entendit cela. Or, Moïse était un homme très humble, plus que tout autre homme sur la terre. Alors l’Eternel ordonna soudainement à Moïse, à Aaron et à Miryam: Rendez-vous tous les trois à la tente de la Rencontre ! Ils y allèrent.

L’Eternel descendit dans la colonne de nuée et se tint à l’entrée de la Tente. Il appela Aaron et Miryam et tous deux s’avancèrent. Il dit: Ecoutez bien ce que j’ai à vous dire. S’il se trouve parmi vous un prophète de l’Eternel, c’est dans une vision que je me révélerai à lui, ou dans un rêve que je lui parlerai. Mais les choses sont différentes avec mon serviteur Moïse, qui est fidèle dans toute ma maison. C’est de vive voix que je lui parle, de façon claire et non dans un langage énigmatique, et il voit l’Eternel de façon visible. Comment donc avez-vous osé critiquer mon serviteur Moïse ?

L’Eternel se mit en colère contre eux, et il se retira. A peine la nuée avait-elle quitté la Tente, que Miryam se trouva couverte d’une lèpre blanche comme la neige. Quand Aaron se tourna vers Miryam, il vit qu’elle était lépreuse » (Nombres 12 : 1, 10).

L’Afrique dans le Nouveau testament

Le Nouveau testament, référence incontournable des chrétiens, n’est pas en reste. Mieux, certains passages nous disent très clairement qu’au temps de Jésus, des Africains avaient déjà une intimité avec le Dieu d’Israël.

Actes des Apôtres, 8: 26, 40.  » Un ange du Seigneur s’adressa à Philippe en disant: «Lève-toi et va en direction du sud, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert.» Il se leva et partit. Or un eunuque éthiopien, haut fonctionnaire de Candace, la reine d’Ethiopie, et administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer.

Il repartait, assis sur son char, et lisait le prophète Esaïe. 29 L’Esprit dit à Philippe: «Avance et approche-toi de ce char.» 30 Philippe accourut et entendit l’Ethiopien lire le prophète Esaïe. Il lui dit: «Comprends-tu ce que tu lis?»

L’homme répondit: «Comment le pourrais-je, si personne ne me l’explique?» et invita Philippe à monter et à s’asseoir avec lui. Le passage de l’Ecriture qu’il lisait était celui-ci: Il a été conduit comme une brebis à l’abattoir et, pareil à un agneau muet devant celui qui le tond, il n’ouvre pas la bouche. Dans son humiliation, la justice lui a été refusée. Et sa génération, qui en parlera ? En effet, sa vie a été supprimée de la terre.

L’eunuque dit à Philippe: «Je t’en prie, à propos de qui le prophète dit-il cela? Est-ce à propos de lui-même ou de quelqu’un d’autre?» Alors Philippe prit la parole et, en partant de ce texte de l’Ecriture, il lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. Comme ils continuaient leur chemin, ils arrivèrent à un point d’eau. L’eunuque dit: «Voici de l’eau. Qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé?»

Philippe dit: «Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible.» L’eunuque répondit: «Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.», il fit arrêter le char. Philippe et l’eunuque descendirent tous les deux dans l’eau et Philippe baptisa l’eunuque. Quand ils furent sortis de l’eau, l’Esprit du Seigneur enleva Philippe et l’eunuque ne le vit plus, il poursuivit sa route tout joyeux ».

A lire sur le même sujet:

Voici pourquoi je ne crois pas aux religions africaines

Dans ce passage, on retient trois choses. D’abord l’eunuque éthiopien qui descend à Jérusalem, pour adorer Dieu. Ensuite, le baptême chrétien qu’il reçoit. Mais surtout la chose la plus importante : Dieu qui envoie un ange pour commander spécialement une mission de son apôtre Philippe, à l’endroit d’un Africain.

Tous ces passages, je répète, doivent servir d’armes spirituelles au chrétien africain, afin que nul ne cherche à le complexer dans sa foi. Toutes les tentatives de certains censeurs visant à entretenir le flou ou à lancer des mensonges sur une religion qui ne serait pas la nôtre relève d’une vaste stratégie du malin, pour maintenir l’Afrique dans l’obscurité spirituelle. N’y succombez pas !

André Silver Konan

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here