La Bible autorise les images, à condition que...

Dieu interdit-il vraiment les statues et images ? La Bible refuse énergiquement le culte d’adoration des faux dieux ou idoles certes, mais elle n’a jamais refusé les images et les statues comme signes ou symboles religieux. Nous entrons donc dans l’intelligence de ce thème avec la Bible à la main. Que l’Esprit Saint nous éclaire et nous aide à pénétrer les mystères du Dieu Amour ! (Par le Père Benoît Kouassi)

Il existe dans la Bible des textes interdisant les représentations. Nous mentionnons ici les textes les plus significatifs.

Des textes interdisant les représentations et leur sens véritable

Les trois péricopes qui, à notre avis sont plus expressifs sont au nombre de trois : Exode 20,4-5, Deutéronome 5,8-9a et Lévitique 19,4.

« Tu ne te feras pas d’idole ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là-haut, sur terre ici–bas ou dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car c’est moi le Seigneur ton Dieu, un Dieu jaloux… » (Exode 20,4-5)

« Tu n’auras pas d’autres dieux face à moi. Tu ne te feras pas d’idole rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là-haut sur terre ici bas ou dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas car c’est moi le Seigneur ton Dieu, un Dieu jaloux … » (Deutéronome 5,8-9a)

« Ne vous tournez pas vers les faux dieux, ne vous fabriquez pas des dieux en forme de statue. C’est moi le Seigneur, votre Dieu. » (Lévitique 19,4).

Comment comprendre l’interdiction de faire des représentations ou images ?

Au treizième siècle avant Jésus-Christ, au temps de Moïse, Dieu commence à former le peuple élu ; le peuple d’Israël. Les Israélites étaient à cette époque des gens très primitifs que Dieu cherchait à faire sortir du polythéisme pour les conduire vers le monothéisme. Yahvé le faisait de façon méthodique. Il ne brusquait pas les choses.

En effet, ces peuples anciens avaient plusieurs dieux qu’ils adoraient. Ils les représentaient par des images ; des « baals » qui avaient la forme d’un taureau, d’un lion ou d’autres animaux comme le faisaient les Egyptiens. Les gens de cette époque pensaient que ces images possédaient un pouvoir magique ou une force miraculeuse. Ce qui n’était pas exact.

Au fond, les images étaient des représentations des pouvoirs ou des vices de l’homme lui-même. Nous voulons pour preuve le veau d’or (Ex 32,1-35). En vérité, l’image du veau d’or était l’expression de la force brute de la nature. Elle représentait aussi l’incarnation du pouvoir sexuel désordonné et vicieux.

La pédagogie de Dieu

Et l’or du veau, représentait le pouvoir du riche qui exploite et écrase l’homme d’humble condition. En somme l’homme, avec ses vices représentés dans « le veau d’or», veut être un dieu. Il refuse de céder la place à l’Unique et Véritable Dieu.

Dieu qui sonde les cœurs et les reins, lui qui connaît les pensées secrètes de l’homme, appelle le peuple hébreu à avancer sur la voie du monothéisme, en se débarrassant des idoles : d’où l’interdiction: «Tu n’auras pas d’autres Dieu que moi. Tu ne feras pas de statues à l’image des choses qui sont là-haut dans le ciel ou en bas sur terre…».

« Faites des images de vos tumeurs et des images de vos rats, qui ravagent le pays, et rendez gloire au Dieu d’Israël. Peut-être sa main se fera-t-elle plus légère sur vous, vos dieux et votre pays» (1 Sam 6,5.11)

Moïse, inspiré par Yahvé-Dieu, donna cette loi à son peuple car malgré les œuvres de l’unique Dieu-libérateur, les Israélites, attirés par les pratiques des peuples païens voisins, voulaient parfois retourner au polythéisme et à l’adoration des faux dieux.
En définitive Yahvé éduque son peuple à s’attacher au Dieu Unique. Il veut lui éviter l’idolâtrie. C’est cela la pédagogie de Dieu.

Le contexte d’idolâtrie ou la lutte contre les faux dieux

Dieu, en interdisant à son peuple de faire des représentations, veut lui éviter le risque d’être idolâtre. Qu’est-ce alors l’idolâtrie? Le Ps 106,19-21 donne le sens de l’idolâtrie. Nous lisons: « Ils fabriquent un veau en Horeb, se prosternèrent devant une fonte, ils échangèrent leur gloire pour l’image de bœuf mangeur d’herbe. Ils oubliaient Dieu qui les sauvait, l’auteur des grandes choses en Egypte. »

Ce psaume nous montre qu’il y a deux aspects dans l’idolâtrie: Servir un autre dieu (avec un petit « d »), oublier son Dieu (avec un grand « D »); échanger sa gloire contre l’image d’un autre dieu. En clair, pratiquer l’idolâtrie, c’est d’abord se détourner de Yahvé-Dieu et ensuite s’attacher à un autre dieu autre que Yahvé ou à des divinités étrangères.
Maintenant que nous savons ce que c’est que l’idolâtrie, voyons le contexte de l’interdiction de Yahvé en Ex 20,4-5 et Dt 5,7-9a.

Les ascendants directs d’Abraham adoraient outre Yahvé, des dieux étrangers (Cf. Jos 24). Laban avait des statuettes (Gn 31,30.32-35). Les Israélites ont cru à l’existence réelle des dieux des autres peuples (1 Sam 26,19) et ils se sont laissé entraîner à vénérer des dieux cananéens, puis plus tard, des divinités assyriennes et babyloniennes (1R 14,22). Sous Jéroboam les Israélites pensent adorer Yahvé en se servant d’idoles (1R 12,28-33). Ils finiront par abandonner Dieu en se fabriquant des idoles (Ez 16,17 ; 23,14).

Baals et autres divinités

De telles pratiques, le Dieu-sauveur qui a libéré son peuple de l’esclavage, l’Unique Seigneur et seul vrai Dieu, en dehors de qui, il n’y en a pas d’autres, (Dt 4,35) ne peut les tolérer. C’est pourquoi, il donne dans le décalogue, c’est-à-dire les dix commandements, cette loi : « Tu ne te feras pas d’idole ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là haut, sur terre ici bas ou dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car c’est moi le Seigneur ton Dieu… » (Ex 20,4-5).

Comme l’auteur du livre de la Sagesse, Yahvé sait que ces images fabriquées, ces sculptures, ces statues et représentations faites soit en mémoire des défunts, soit en l’honneur des souverains deviennent, avec le temps, l’objet d’un culte et conduisent directement à l’idolâtrie (Sg14, 15-21). Il ne faut donc pas en faire.

Plus tard, les prophètes insulteront et ridiculiseront les baals et autres divinités vers lesquelles les Israélites se tournent (1R 18,26) ainsi que les idoles qu’ils vénèrent (Jr 2,5.11; 5,7). Car ils ne sont que « des blocs de bois coupés dans la forêt »(Is 2,21; Jr10, 2; He 2,18) ou de pierre ne pouvant ni parler ni voir ni entendre.

Cependant, en d’autres endroits, Dieu permet les représentations comme signes et symboles religieux.

Dieu permet les représentations, les images et les sculptures

Nous nous appuyons sur deux exemples connus de tous : l’arche et les chérubins d’une part et le serpent d’Airain, d’autre part. Bien d’autres textes peu connus viendront en appoint.

« Ils feront donc une arche en bois d’acacia, longue de deux coudées et demie…Tu feras deux chérubins en or… Les chérubins auront des ailes déployées vers le haut » (Ex 25,10-22).

Commentaire

Exode 25,10-22 est le premier texte qui autorise les représentations. Dieu demande à Moïse de faire l’arche et les chérubins. Il décrit lui-même leur architecture : « l’arche sera en bois d’acacia et les chérubins en or ». Sans aucun doute, le chérubin a une forme « de ce qui est sur la terre ou dans le ciel » de même que l’Arche. Cependant, Dieu demande que l’on les représente.

Le même ordre est donné en Dt 10,1 : « Fais-toi une arche de bois. » Au verset 3, Moïse obéit : « Je fis une arche en acacia. » N’est-ce pas Moïse qui avait donné la loi : « Tu ne te feras pas d’idole, ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là-haut, sur terre ici-bas ou dans les eaux sous terre » au peuple ? N’est-ce pas le même Moïse qui avait fait l’arche en bois d’acacia ? Ou bien l’arche en bois d’acacia n’a pas la forme de « ce qui se trouve au ciel, sur terre ou dans les eaux »?

Nous abordons le second texte avec la même méthodologie : mentions de l’extrait suivi d’un bref commentaire.

« Moïse intercéda pour le peuple et le Seigneur lui dit : »Fais faire un serpent brûlant et fixe-le à une hampe : quiconque aura été mordu et le regardera aura la vie sauve ». Moïse fit un serpent d’airain et le fixa à une hampe et lorsqu’un serpent mordait un homme, celui-ci regardait le serpent d’airain et avait la vie sauve» (Nb 21, 8-9).

Commentaire

Dans ce texte encore, c’est Dieu lui-même qui ordonne à Moïse de façonner un serpent d’airain. Ici aussi, Dieu permet et recommande une représentation d’image sculptée. Quel sens donner à cette représentation ? Pour le savoir, lisons le livre de la Sagesse : « Et même lorsque s’abattit sur eux la fureur terrible de bêtes féroces, (…) ils avaient un signe de salut pour leur rappeler le commandement de ta loi, car celui qui se tournait vers lui était sauvé, non par ce qu’il avait sous les yeux, mais par toi le sauveur de tous » (Sg 16,5-7). La représentation du serpent d’airain n’était qu’un signe de Dieu qui est, Lui, le seul sauveur. Nous y reviendrons.

« Faites des images de vos tumeurs et des images de vos rats, qui ravagent le pays, et rendez gloire au Dieu d’Israël. Peut-être sa main se fera-t-elle plus légère sur vous, vos dieux et votre pays» (1 Sam 6,5.11).

Commentaire

Il paraît ridicule quand nous faisons mention de ce texte. Au-delà de cette impression, 1 Sam 6,5.11 nous enseigne, que Dieu, par ses prêtres, ordonne aux Philistins de faire une représentation d’image de rats et de tumeurs. Une image est une image. Elle a une forme. C’est cela qui nous intéresse.

Les sculptures ou images dans le temple de Jérusalem

« Porte tes pas vers les ruines sans fin : dans le sanctuaire, l’ennemi a tout saccagé, […] ils ont brisé toutes les sculptures ». (Ps 74, 3-6)

Commentaire

L’intérêt de ce texte réside clairement dans le fait qu’il a existé des sculptures dans le temple de Jérusalem avant sa destruction. Nos ancêtres dans la foi ont donc fait des représentations d’images.

Pourquoi et comment Dieu permet-il des représentations ou images ?

Les interdictions des représentations existent bel et bien dans les saintes écritures. De même, les traces des images permises sont aussi nombreuses. Dès lors, la question est : Pourquoi et comment Dieu permet-il des représentations ou images ?

Les représentations interdites : cas du veau d’or (Ex 32).

Le chapitre 32 du livre de l’Exode nous parle d’un veau d’or qui a été fabriqué par Aaron à la demande du peuple : « Fais nous un dieu qui aille au devant de nous » (Ex 32,1b). Après la confection du veau d’or, ils dirent : « Voici ton Dieu, Israël, celui qui t’a fait monter d’Egypte ! » (Ex 32,4b)

L’intention du peuple est claire : donner la place de Yahvé à un autre dieu à qui l’on attribue les bienfaits de Celui-ci. (Cf. Ex 32, 1 ; 1R 12, 28.32 ; 2R 10, 29 ; 2R 17,16). Ce faisant, le peuple détournait la gloire de Yahvé sur une image faite de mains d’homme. Pire, en offrant des sacrifices à ce veau, en se prosternant devant lui, le peuple tombait dans l’idolâtrie. C’était pour Yahvé une perversion (Cf. Ex 32,8) d’où son rejet.

Cette brève analyse de Ex 32 révèle que le critère qui a conduit au rejet du veau d’or est la rivalité avec Yahvé. Le fait de vouloir donner ce qui revient en propre à Yahvé à une sculpture comme l’atteste le Ps 106,19-20: « Ils fabriquent un veau en Horeb, se prosternèrent devant une fonte, ils échangèrent leur gloire pour l’image de bœuf mangeur d’herbe. Ils oubliaient Dieu qui les sauvait, l’auteur des grandes choses en Egypte. »

A l’opposé, Yahvé recommande des représentations.

Les représentations admises

Non, Dieu ne rejette pas toutes les représentations. Celles qui rivalisent avec lui le titre de Dieu, il les interdit ou les fait détruire (le cas du veau d’or). Par contre, celles qui ne se proclament pas « dieu » mais renvoient à Yahvé, celles-là, il les recommande. C’est le cas du « serpent d’airain » (Nb 21,8-9), de « l’arche et des chérubins » (Ex 25,10-22 ; Dt 10,1-3), etc. Donc, c’est à partir de ce qui est permis par Dieu lui-même que les catholiques acceptent les statuts et les représentations.

Les statuts dans l’Eglise catholique : signes et symboles religieux

Quand nous entrons dans une église catholique, nous découvrons des tableaux, des statues, des images de Jésus-Christ, de la sainte Vierge Marie, des saints, des archanges et des anges. De telles représentations nous renvoient à une réalité spirituelle autre que la matière visible qui se présente à nous. Car elles sont pour nous croyants un support visible et sensible qui nous met en contact avec l’invisible, le spirituel. En effet, nos yeux en ont besoin pour nourrir notre esprit.

Aucun catholique ne donne la place de Dieu à ses images. Personne ne voit en elles des représentations de dieux, ni n’abandonne le vrai Dieu, le Dieu de Jésus-Christ en les vénérant. En vérité, en vénérant ces images, le chrétien catholique est dans la ligne de Josué qui se prosterna devant l’arche de l’Alliance jusqu’au soir (Jos 7,6).  Au demeurant, il est comparable à Moïse qui fit le serpent d’airain comme signe de salut (Nb 21,8-9 ; Sg 16,7).

En somme, les images ou les sculptures, les tableaux et les statues dans nos églises sont des symboles ou signes religieux. Ceux-ci nous aident à élever notre esprit vers l’unique et vrai Dieu. Ils ne sont cependant pas une nécessité absolue, d’autant plus que le catholique peut bien faire ses prières même en l’absence de ces images. C’est d’ailleurs, le cas le plus fréquent et habituel.

De fait, nous reconnaissons certains abus condamnés par l’Eglise elle-même qui ne sont pas loin des exagérations observées dans le culte du serpent d’airain qui poussa Ezéchias à le mettre définitivement en morceaux (Cf.2R 18,3-4).

Que retenir ?

La Bible interdit-elle vraiment les images, les représentations et les statues ? Chacun peut répondre objectivement à la question après tout ce qui a été dit plus haut. Mais nous allons vous aider. Deux cas de figures sont à retenir.

Premièrement, les images, les statues et toutes les autres formes de représentation qui tendent à prendre la place du Dieu de Jésus Christ sont à proscrire. C’est l’idolâtrie. C’est le cas du veau d’or. Si les images et statues sont invoquées comme des dieux, alors celui qui les invoque ainsi est idolâtre ; s’il abandonne le Dieu de Jésus Christ en vénérant ces images, alors, son idolâtrie est évidente. Il sera donc atteint par la menace de Dieu en Exode 20,1-6.

Deuxièmement, les images, les statues et toutes les autres formes de représentation qui aident le croyant à s’élever vers le Dieu de Jésus Christ, sont tolérées, admises, et encouragées. C’est le cas du serpent d’airain (Nb 21,8-9). Si le croyant ne voit pas dans ces représentations des dieux. De même, s’il n’abandonne pas le vrai Dieu en les vénérant, alors il est dans la ligne de Josué. Qui se prosterna devant l’arche jusqu’au soir (Jos 7,6). Il est comparable à Moïse. Lequel fit le serpent d’airain comme signe du salut (Nb 21,8-9 ; Sg 16,7).

A lire sur le même dossier :

Chrétien, en méprisant le rôle de Marie, tu banalises la divinité de Jésus

Recommandation

Pries-tu devant les images ? Sois tranquille si tu ne les mets pas à la place de Jésus Christ pour les servir comme des dieux. Sois tranquille s’ils te sont un support visible pour être en lien avec l’invisible.

Tes yeux en ont besoin. Et Dieu n’est pas contre puisqu’il n’a pas été ni contre l’image du serpent d’airain, ni contre celle de l’arche, ni contre celles des tumeurs et des rats… L’essentiel est que le cœur du croyant soit attaché à Jésus Christ. Surtout, qu’il ne se détourne ni de Lui, ni de son Père, ni de l’Esprit-Saint.

Par le Père Benoît Kouassi

17 Commentaires

  1. C’est faux tout ça je vais pas fait un livre pour expliquer mais arrêter d’envoyer les gens à la perdition le Dieu que nous adorons doit être adoré en esprit et en vérité.
    En plus moïse n’a pas construire d’arche c’est Noé . Que Dieu vous aide à le connaître davantage. Vos prière devant les statues peuvent aboutir puisse que vous laissez la puissance du diable vous assujetti. Tournez vous vers le Dieu vivant et vous verais sa gloire dans votre vie. Merci Saint Esprit je t’aime

    • Merci frère en Christ…..Qd tu sors delivré de ces croyances qui blessent et attristent le ST ESPRIT tu ne peux que dire merci au Tout Puissant!!
      Remplacez svp ttes ses images  »permises » par l’Adoration réelle du Veritable

    • Quand on est fermé, et qu’on refuse de comprendre, on agit comme tu le fais. Si tu voulais comprendre, tu allais comprendre. Ta réaction sur l’arche montre tout ton aveuglement. Alors que le Monsieur dans sa démonstration te donne des versés, toi tu ne prends même pas la peine de les vérifier et tu exposes tes limites dans la connaissance de la parole. L’arche dont il parle ici n’est pas l’arche de Noé. Voici la référence: Ex 25,10-22. C’est quand Dieu a demandé aux enfants d’Israel de lui construire un sanctuaire où il va demeurer au milieu d’eux. Lis et tu comprendras… Sinon ta réaction en dit tout sur toi!!!

  2. Sachez que nous sommes dans la nouvelle loie celle de Jésus l’ancienne a été reprise par Christ. C’est vrai que j’ai pas assez de connaissances biblique mais le peu que je connais et avec l’aide de l’esprit j’arrive reconnaître des personnes qui veulent nuire aux hommes

    • Donc pour toi la nouvelle loi signifierait l’oublie ou l’effacement de l’ancienne loi? Christ, notre sauveur, lui même dit qu’il est venu pour accomplir cette loi ancienne; donc pas pour l’effacer. Et si tu lisais ta Bible de temps en temps, tu verrais que même l’Apôtre Paul cite constamment l’ancien testament. « Sondons les écritures, car elles seules contiennent la vérité ».

  3. pas de grossièreté stp Ahoule Alex tu es libre de croire ou non, mais je crois qu’il a été clair dans son récit, maintenant pour la question de la vierge Marie, si quelqu’un aussi mauvais et méchant soit il peut il rénier sa propre mère c’est son problème s’il ne peut le faire à plus forte raison notre père céleste, c’est même une insulte à Dieu comme s’il a utilisé un corps malsain pour faire naître son fils que vous même dites saint alors comment est ce possible, Dieu n’est il pas assez puissant pour préparer une vierge l’épargner des souillures du monde la préserver du péché originel pour faire venir sur terre son fils bien aimé en qui il a mit tout son amour, arrêtons les insultes contre l’église catholique cela n’honore pas le nom de Dieu

  4. Ma contribution au débat:
    1.) Dt 10,1 ou Exode 25,10-22 : Ordre donné par Dieu EXPLICITEMENT à Moise pour la confection de l’arche et les chérubins en or. ( en son temps et dans un contexte précis)
    2.) Nb 21,8-9 : Ordre donné EXPLICITEMENT par Dieu à Moise pour remédier à une éventuelle morsure de serpent ( en son temps et dans un contexte précis, j’ajouterai que ce fût un remède temporaire).
    Question: Montrer svp le verset qui donne EXPLICITEMENT l’ordre à Moise ou à QUICONQUE hormis Moise de faire une représentation qui ne vienne de Dieu lui-même ? car Moise avait à cette époque un rôle central (un sacerdoce établi par Dieu lui-même) dans la conduite du peuple juif
    Votre recommandation finale n’est pas étayée par un verset biblique, cela pourrait orienter le peuple vers une sorte d’idolâtrie. Vous n’êtes pas sensé savoir ou connaître ce qui est dans le cœur des fidèles, s’ils s’attachent ou pas à leurs représentations ou illustrations divines et terrestres

    • Quand on lit la bible, c’est pour la comprendre et non faire des fixations. ce n’est une image figée. Réponds simplement à cette question? Dans l’Évangile de Mathieu, le Seigneur dit: « Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne » (versets 29-30). Dis moi, as tu amputé un de tes sens ou membres parce qu’ils t’a conduits au péché?. Je pari que non! Et pourquoi tu ne l’as pas fait? parce que tu as compris que l’idée d »arracher les yeux et de nous couper les mains » est une invitation à la repentance, à la pénitence, à la conversion véritable et à une nouvelle vie.
      Maintenant revenons à ta question.
      La question n’est pas de citer de façon explicite un versé mais de comprendre pourquoi le Seigneur autorise telle image et refuse telle autre. Que renferme ces représentations que le Seigneur a autorisé? de même, Que renferme ces représentations que le Seigneur rejette? A quoi ou à qui renvoient ces images dans les 2 cas? Juste un peu de méditation et c’est tout.

  5. RÉACTION AU TEXTE DU PÈRE BENOIT KOUASSI

    “Dieu interdit-Il vraiment les statues et les images à l’église ? Réponse de la Bible.”

    https://www.andresilverkonan.com/2017/08/13/dieu-interdit-il-vraiment-les-statues-et-images-reponses-bible/

    Tel est le titre de ladite publication faite par Monsieur André Silver Konan et portant la signature du Père Benoît Kouassi.
    Nous proposons ici, notre humble contribution à la réflexion sur la question posée, en prenant pour prétexte d’échange le texte explicatif sus-cité, en ses aspects qui nous paraissent mériter quelques contestations.

    1. L’Arche de l’Alliance
    L’Arche de l’Alliance n’était pas un “truc” convenu par Moïse et les anciens du peuple pour affirmer leur “spiritualité”. C’est Adonaï Lui-même qui l’a expressément et explicitement prescrite, sans l’intervention d’aucune volonté humaine, sans conciliabule ni argumentation humaine. Exode 25.10-22. Elle participait d’ailleurs de la matérialité qui caractérisait le culte ancien à plusieurs égards, comme l’atteste tout l’apparat du souverain sacrificateur ainsi que le rituel auquel permettaient de sacrifier les subdivisions du tabernacle (puis du temple) et les ustensils qui leur étaient affectés. Exode 26, 27, 28. Beaucoup de matérialité, mais tout cela c’était le culte ancien qu’il est inapproprié et dangereux de transposer (même partiellement) dans le culte nouveau, celui de la Nouvelle Alliance. Evoquer l’Arche de l’Alliance pour justifier l’adoration au moyen de statuettes et autres reliques n’est que rétrogradation vers une norme et des principes caduques. Hébreux 7, 8, 9.

    Le principe d’une représentation matérielle de la présence de Dieu dans son Temple ancien était l’ombre de sa présence immatérielle (spirituelle) dans son Temple nouveau (notre corps). Actes 17.24. 1 Corinthiens 6.19 et 1 Corinthiens 3.16.
    La norme nouvelle, c’est que Dieu est Esprit et ceux qui l’adorent doivent apprendre à le faire en esprit, sans béquilles matérielles. Jean 4.24.

    2. Le serpent d’airain
    Lui également était une préfiguration (ombre) du Christ Rédempteur comme il y en a à profusion dans l’Ancien Testament, sans que celles-ci se prolongent dans la Nouvelle Alliance. Jean 3.14. On notera au passage que le serpent d’airain n’avait pas vocation à perdurer dans le temps, ni dans sa forme tangible, ni dans le principe de guérison qui a justifié son apparition immédiate. Et tous ceux qui n’ont pas compris cela et se sont donnés toutes sortes de justifications ont fini par en faire un Nehuschtan devant qui ils trouvaient légitime de brûler des parfums. 2 Rois.18.4.
    Notons que cette déviation idolâtre ne s’est pas faite en quelques semaines. Le serpent d’airain est apparu à l’époque de Moïse (XVIIe siècle av. JC), avant même l’entrée du peuple en terre promise, et pour sa destruction, il a fallu attendre l’époque des Rois d’Israël et de Juda (VIIIe siècle av. JC), soit un écart d’environs 9 siècle, c’est-à-dire 900 ans ! Et pour qu’une telle pratique ait autant perduré, il a bien fallu élaborer toutes sortes de justifications humaines aussi persuasives que celles de nos époques qui justifient toutes les déviations, même les plus criardes. Plutôt que d’évoquer le serpent d’airain pour justifier l’adoration au moyen de statuettes et autres reliques, il serait plus sage de s’instruire de cette expérience qui met en évidence la propension des hommes à l’idolâtrie et décourager simplement tout recours à un support matériel dans l’élan de spiritualité inédite à laquelle Christ nous invite.

    3. Les tumeurs d’or et les rats d’or
    Dans son commentaire, l’auteur de l’article dit:
    “1 Sam 6,5.11 nous enseigne, que Dieu, par ses prêtres, ordonne aux Philistins de faire une représentation d’image de rats et de tumeurs.”
    Non, Ce ne sont ni l’Eternel, ni ses prêtres qui ont donné ordre aux philistins de faire une représentation d’image de rats et de tumeurs.

    Jugez-en vous-mêmes:

    1 Samuel 6.1 à 5
    1 L’arche de l’Eternel fut sept mois dans le pays des Philistins. 2 Et les Philistins appelèrent les PRÊTRES et les DEVINS, et ils dirent : Que ferons-nous de l’arche de l’Eternel ? Faites-nous connaître de quelle manière nous devons la renvoyer en son lieu. 3 Ils répondirent : Si vous renvoyez l’arche du Dieu d’Israël, ne la renvoyez point à vide, mais faites à Dieu un sacrifice de culpabilité; alors vous guérirez, et vous saurez pourquoi sa main ne s’est pas retirée de dessus vous. 4 Les Philistins dirent : Quelle offrande lui ferons-nous? Ils répondirent : Cinq tumeurs d’or et cinq souris d’or, d’après le nombre des princes des Philistins, car une même Plaie a été sur vous tous et sur vos princes. 5 Faites des figures de vos tumeurs et des figures de vos souris qui ravagent le pays, et donnez gloire au Dieu d’Israël : peut-être cessera-t-il d’appesantir sa main sur vous, sur vos dieux, et sur votre pays.

    au verset 9, les PRÊTRES et DEVINS montrent clairement qu’ils sont aussi philistins:
    “9 Suivez-la du regard: si elle monte par le chemin de sa frontière vers Beth-Schémesch, c’est l’Eternel qui NOUS a fait ce grand mal; sinon, NOUS saurons que ce n’est pas sa main qui NOUS a frappés, mais que cela NOUS est arrivé par hasard.”

    ce rectificatif fait, on peut ensuite constater que le récit du retour de l’Arche du pays des philistins à Israël s’achève d’une manière qui ne permet pas objectivement de dire que l’Eternel a approuvé ce qui n’était qu’une vague suggestion de ténébreux occultistes.

    A partir du versets 14, l’Arche arrive en Israël, à Beth Schémesch et les Israélites contents offrent un sacrifice à l’Éternel, sacrifice qui n’entre pas dans le moule normatif de la loi de Moïse et qui plus est, se trouve mêlé d’offrandes philistines ! Au verset 19, la colère de Dieu se déchaîne contre son peuple: 50.070 hommes frappés. On verra qu’à la suite de cela, l’Arche est transportée à Kirjath-Jearim où plus rien n’est dit des tumeurs d’or et des souris d’or.

    on ne peut donc pas voir dans les tumeurs d’or et les souris d’or suggérées par les occultistes philistins une justification du recours aux statuettes et reliques dans la prière et l’adoration.

    En définitive, ce qu’il convient de retenir, c’est que nulle part dans la Nouvelle Alliance se trouve un quelconque élément qui puisse justifier le recours aux statuettes et autres représentations matérielles pour la prière. Ceci est important parce que les principes normatifs de notre spiritualité à “nous qui sommes parvenus jusqu’à la fin des siècles” sont exprimés dans la Nouvelle Alliance par les enseignement de Jésus. C’est certainement ce qui n’a donné d’autre choix à l’auteur que de limiter son argumentaire à des textes de l’Ancienne Alliance. Mais même là encore, il y a lieu de contextualiser et de se garder de tout débordement dans l’interprétation qui peut en être faite.

    Non, l’idolâtrie, ce n’est pas seulement appeler une statue dieu, mais c’est aussi donner à celle-ci et à tout autre objet matériel de jouer un rôle quelconque dans notre adoration, en tant qu’intermédiaire ou un moyen de facilitation de notre communion avec le Dieu Créateur. Notre intermédiaire unique avec le Père, c’est Jésus. Notre facilitateur dans la prière, c’est le Saint Esprit, le seul par lequel le Père nous conduit au Fils. Donner à autre chose l’un de ces rôles, c’est de l’idolâtrie.

    Mon projet n’était que de contribuer à la réflexion, alors toutes mes excuses à quiconque se sentirait offensé par mes propos à un moment ou un autre. Sincèrement.

    A Dieu soit la gloire par Jésus Christ notre Seigneur.

    Eric SAHIRI

  6. Bonjour Eric,

    Et que dis tu du verset Psaume 74:6-7?

    74.6
    Et bientôt ils ont brisé toutes les sculptures, A coups de haches et de marteaux.
    74.7
    Ils ont mis le feu à ton sanctuaire; Ils ont abattu, profané la demeure de ton nom.

    Il y avait clairement dans le temple des sculptures. L’art était donc autorisé et on pouvait les afficher devant la face de Dieu.

    Je ne suis pas Catholique, mais quand même il ne faut pas être de mauvaise foi, les Catholiques se battent tous les jours pour rétablir la vérité, c.a.d qu’ils n’adorent pas le statues autres que celles de Dieu.
    Le vocabulaire est important ici et les protestants semblent butter contre celle-ci. Pour résumer,pour les Catholiques:
    Le mot adoration et son application n’est réservé à Dieu.
    Le mot honorer, se souvenir, respecter etc… peut être utilisé pour les saints, les anges,etc…
    Voir encore les sens de latrie et de dulie:
    – La latrie (du grec λατρεία / latreia : culte, adoration) est un terme utilisé dans la théologie chrétienne, et plus particulièrement catholique, pour signifier l’adoration due exclusivement à la Sainte Trinité.
    -Le culte de dulie est, pour l’Église catholique, le culte réservé aux saints, par opposition au culte de latrie, réservé à Dieu, et au culte d’hyperdulie, réservé à la Vierge Marie. Le mot vient du grec ancien δοῦλος / doulos, « l’esclave, le serviteur ».
    Le culte de dulie revêt deux formes :
    la vénération : témoignage du respect dû à un saint ;
    l’invocation : demande d’intercession en vue d’obtenir un avantage particulier.

    Donc comme dans la vie tu respecte ta mère et ton père et leurs mémoires, rien n’interdit de faire d’eux même pour les Chétiens morts. Et cela n’est pas du spiritisme que de le faire, puisque le spiritisme est une invocation dans le but d’avoir une communication directe avec l’entité appelé sans intermédiaire. La prière est une sorte de communion mais aucune communication directe n’est demandée. Et si une communication est établi alors elle a été autorisé par la volonté de Dieu sans notre intervention.

  7. Dieu parle. Les hommes peuvent se tromper, mais Dieu ne se trompe jamais. Le salut éternel est l’objectif à atteindre
    La voie, la méthode sont de Dieu. Je vous convie à cet exercice hautement spirituel qui consiste à interroger Dieu au nom de Jésus. Il vous répondra comme je l’ai fait à mes débuts ou j’avais des images représentant Jésus, Marie etc …
    Dieu m’a répondu ceci :
    ‘Je n’ai jamais demandé aux hommes de se faire ces images et même de vénérer Marie dans une représentation mais de lui donner le respect qu’on doit avoir d’un être humain choisi par Dieu pour accomplir sa volonté’ suite à sa réponse je me suis débarrassé de toute image et désormais c’est en esprit et en vérité que j’adore Jesus seul.
    En effet Dieu nous encourage à l’interroger car il est omniscient :
    «Invoque-moi, et je te répondrai; Je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas.»‭‭Jérémie‬ ‭33:3‬ ‭LSG‬‬
    /
    «Il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui.»
    ‭‭Daniel‬ ‭2:22‬ ‭LSG‬‬
    /
    La religion ne sauve pas, encore moins les pratiques religieuses
    Dieu a donné un nom en qui se trouve la réponse à nos préoccupations.
    Le salut est personnel et dépend de l’obéissance à la voix du Dieu révélé par Jésus qui est le Dieu qui juge et le Dieu qui sauve.
    Interrogeons donc l’auteur de nos vies.

  8. le diable est très rusé et très malin il est toujours une source de confusion entre les enfants de Dieu.
    Médite beaucoup sur le livre de Genèse 3:15. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
    A travers cet passage, Dieu a maudit le diable. et le mot « inimitié » veut dire « opposé »
    Donc c’est qu’elle femme qui est opposé au diable. je rappelle que l »opposé du péché c’est le bien donc l’opposé du diable c’est la lumière, c’est la vérité, c’est le bien.
    qu’elle est cette femme qui est opposée » au diable ? Qui est SA postérité qui est aussi opposé au diable ?
    méditons beaucoup sur le livre de Gen 3:15
    que Dieu nous éclaire et qu’il nous donne des oreilles ou entendre. Que la paix soit avec Nous

  9. Et je me souviens de la première tentation : « Dieu a t-il vraiment dit…  »
    Quand Dieu a dit, obéis. Vous n’êtes pas plus intelligents que le malin, il sait manipuler l’intelligence pour la condondre devant la parole. Alors, « adorez en esprit et en vérité »
    .

  10. Que dire donc de ces passages de la Bible :

    « L’Éternel dit à Moïse: Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : VOUS AVEZ VU QUE JE VOUS AI PARLÉ DEPUIS LES CIEUX. VOUS NE FEREZ POINT DES DIEUX D’ARGENT ET DES DIEUX D’OR, POUR ME LES ASSOCIER; VOUS NE VOUS EN FEREZ POINT. » Exode 20v22-23

    On ne peut être plus royaliste que le roi lui-même !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here