Yasmina Ouégnin déclare n'avoir jamais quitté le PDCI

Yasmina Ouégnin et le PDCI : « J’y suis, j’y reste ». Invitée le lundi 31 juillet 2017, à Abidjan, du Réseau dynamique du PDCI-RDA présidé par Jean Michel Amankou, la députée indépendante de Cocody a parlé sans tabou. Morceaux choisis.

Je n’ai pas quitté le PDCI-RDA, je n’ai jamais été exclue, j’avais été sanctionnée. Mais vous devez savoir que je ne suis pas à ma première sanction. Je suis à ma troisième sanction. Etre sous sanction ne signifie pas qu’on a quitté le parti. Bien que je sois sanctionnée, on ne refuse pas mes cotisations. Je paie mes cotisations.

Je ne suis pas membre du groupe parlementaire PDCI-RDA mais je reste membre du Bureau politique. S’il y a une réunion du Bureau politique, je viendrai.

Un vrai militant PDCI ne doit pas avoir le cœur à la fête. Nous avons du travail, nous avons perdu beaucoup de temps. Nous devons donc retrousser nos manches pour atteindre nos objectifs.

Yasmina Ouégnin et le PDCI

Mon objectif c’est un PDCI fort et conquérant, qui se met au service des populations. (…) On revient aujourd’hui dans le droit chemin, je suis la plus heureuse. Il faut effectivement trouver la volonté de rassembler. Si on ne peut pas se réconcilier au sein même de notre parti, ce n’est pas au niveau de la Côte d’Ivoire qu’on peut apporter quelque chose.

J’ai apprécié personnellement le retour de Kouadio Konan Bertin. Il est revenu et aujourd’hui, il a décidé de prendre son bâton de pèlerin pour mobiliser et pour faire passer le message du PDCI.

Même dans la Bible, il est écrit que le berger laisse les brebis pour aller chercher la brebis qui est perdue. Donc si un délégué, un élu, un conseiller municipal ou régional passe plus de temps à parler du parti aux personnes qui ne sont pas membres de ce parti, ce sont des âmes que gagne le parti. Donc nos actions ne doivent pas viser exclusivement les militants du parti.

Le PDCI-RDA est le parti le mieux implanté. On a des cadres dans toutes les régions, on a des sympathisants dans toutes les régions. Mais ceux-là, comment on leur parle ? Comment est-ce qu’on va vers eux ? Le PDCI actuel ne tient pas le bon langage.

Que nos populations n’aient pas peur d’aller voter en 2020. Il faut sortir pour aller voter. Un PDCI redynamisé, rajeuni et rassemblé n’a pas forcément besoin de faire une alliance avec quelqu’un. Ma vision est la mieux partagée au sein du PDCI. Tant qu’on mettra au devant l’intérêt du pays, on sera les plus nombreux. Avec le président Bédié, il n’y a pas de problème, on se parle.

A lire sur le même sujet:

Et pendant ce temps, le PDCI recrute Isaac Dé et réintègre Yasmina, KKB, George Ouégnin…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here