Pour que sa demande de pardon soit parfaite, Guillaume Soro doit renoncer à présenter la rébellion comme un acte héroïque

Voici mes 2 préalables après la demande de pardon de Soro. En termes de préalables, il s’agit plutôt de conseils, certains diraient des suggestions. Les voici.

Une ou deux choses, pour mettre tout le monde à l’aise, dès le départ. Personnellement, j’ai toujours apprécié les initiatives allant dans le sens de la sérénité, de l’humilité et de la charité. Dans la forme donc, je salue l’action menée par Guillaume Soro. Demander pardon est un acte d’humilité et la personne qui demande pardon est dans une disposition charitable.

De ce fait, et c’est la deuxième chose, je ne suis pas de ceux qui disent que c’est de la comédie. D’abord parce que j’ai rarement vu un politique de haut niveau, non hypocrite. Ensuite, parce que tout compte fait, un acte posé par un politique cache toujours un intérêt politique. Ici, c’est bel et bien la présidentielle de 2020, nul n’est dupe. C’est d’autant plus vrai que l’ancien chef rebelle devient de plus en plus prophète du pardon, à l’approche de l’échéance. Ce qu’il n’était pas auparavant.

Bref, Soro a donc bien calculé et bien choisi chaque mot prononcé, dans le cadre de cette demande de pardon. Il a juste le mérite d’incliner en paroles, ce que les autres politiques de son niveau, ne font pas pour l’instant. En effet, aucun candidat potentiel, issu de la mouvance présidentielle n’est aussi engagé que lui, dans la réconciliation avec leurs ennemis politiques communs d’hier, à savoir les pro-Gbagbo.

2 préalables après le pardon de Soro

Cela dit, voici mes deux conseils (préalables). Premier préalable, c’est une question de forme. Et il faut que les choses soient très claires à ce niveau. Personnellement et par principe, j’ai toujours rejeté la rébellion. De ce fait, tant que Soro continuera ou semblera présenter la rébellion comme un acte héroïque, il n’aura pas mon soutien.

Regardons les choses en face. La rébellion était une erreur, ce n’était pas un acte héroïque. Tous les maux et les mots, qu’elle prétendait combattre, demeurent aujourd’hui, soit sous une autre forme, soit dans la même forme et plus aggravée.

Que Soro se prononce très clairement sur le principe selon lequel, la rébellion n’est pas un moyen pour obtenir des avancées démocratiques et dise de ce fait, son regret, de l’avoir introduite dans le débat politique ivoirien. Sinon, demain, il sera très mal placé pour contraindre ses futurs opposants à utiliser les mêmes moyens d’accès au pouvoir.

« Les enfants et parents de danseuses d’adjanou, arrêtées à Assafou et à Assandrè, le 2 décembre 2002 et torturées à mort dans un conteneur à Minakro, sont encore vivants. Il y a même une survivante »

Deuxième préalable (conseil), c’est une question de fond. Il ne suffira pas à Soro de demander pardon à Alassane Ouattara, à Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, ou au peuple ivoirien. Je le dis avec beaucoup de conviction, ce pardon aura plus d’impact, s’il prenait en compte les vraies victimes de la rébellion.

Boga Doudou, Guéi, Tagro…

Qui sont ces vraies victimes ? Ce sont l’épouse et les enfants de Me Emile Boga Doudou. C’est à eux qu’il faut demander pardon. Ce sont les enfants de Robert Guéi (certes tué par des ex-FDS) vers qui il faut aller. Les enfants de Désiré Tagro, ses frères et sœurs ont besoin de pardon direct et non indirect. Je serais heureux d’apprendre que Soro a cherché à rencontrer ces victimes précises, leur a demandé pardon et a essayé de réparer les torts.

Les enfants des gendarmes et proches exécutés à Bouaké sont là. Certains étaient promis à un bel avenir. L’assassinat de leurs parents a fait d’eux, quinze ans plus tard, des hommes ratés. Il faut chercher à les voir, à réparer ce qu’il y a réparer et à rattraper ce qu’il y a rattraper. Par humanisme et par charité. C’est là où on verra si le pardon n’était pas juste un mot, mais une volonté sincère.

Les enfants et parents de danseuses d’adjanou de Sakassou, arrêtées à Assafou et à Assandrè, le 2 décembre 2002 et torturées à mort dans un conteneur à Minakro (non loin de Bouaké), sont encore vivants. Il y a même une survivante, sur les dix personnes arrêtées, dont un vieillard malvoyant. Chercher à les rencontrer, les regarder droit dans les yeux, et leur demander pardon, serait plus sincère. Ce serait plus courageux qu’une demande de pardon. Lancée dans un salon feutré d’aéroport, devant flash et caméras.

Au sein même de la rébellion, les parents de victimes de la rébellion attendent aussi un pardon direct. Les parents de IB sont à Bouaké au quartier Zone industrielle. Les parents de Petit Kolo, alias Cobra, de Kass, de Mobio, d’Adams, de Félix Doh… attendent eux aussi. Il y a les parents de victimes moins connues. Comme le jeune Coulibaly Morel, porté disparu à Bouaké. Les parents des jeunes de Koko morts étouffés dans un container à Korhogo, etc.

A lire sur le même dossier:

Après le coup « fatal » de Bédié : Les 2 scénarios qui peuvent sauver le soldat Soro

Demander pardon « dans sa bouche », comme on le dit à Yopougon, c’est beau. Mais demander pardon en regardant les victimes « yeux dans yeux », c’est plus courageux et plus responsable. C’est tout simplement plus sincère. Si Guillaume Soro réussit à passer cette étape, ce sont ces victimes qui pourraient même être ses meilleurs défenseurs, pas ces boutefeux qui tournent autour de lui.

Félix Houphouët-Boigny a commis sans doute des erreurs et créé des injustices, dans sa conquête du pouvoir et la conservation de celui-ci. Mais il, dans les deux premières décennies de son règne, en tout cas, su se faire pardonner par les survivants et ayant-droits de son action politique. Le pardon par les actes est toujours mieux que le pardon par la parole. Et le pardon, après avoir dévoilé la vérité aux ayant-droits, est davantage plus parfait…

10 Commentaires

  1. Belle plume belle contribution. Mr konan ne serait il pas possible de demander aussi aux uns et aux autres de chercher à calmer la douleur des parents du charnier de yopougon ? Jugement à certe été rendu mais justice n’a pas été rendue. Frustration dans frustration. Soignont les deux.

    • Et comment tu fais pour savoir que des corps sans identité morts pour certains par balle, d’autres par noyade…sont des gens du nord !?? L’émotion vous a perdu. Les corps ont été exposés et un appel à témoins lancé pour reconnaître les corps mais personne.
      Les gens vous ont utilisé pour atteindre vis objectifs et c’est malheureux. Et puis quand tu veux parler parles de toutes les victimes, nahibly, guytrozon, petit duekoue… N’importe quoi !!! Qui a tué Bora, Désiré Taro !?? Et ces nombreux prisonniers qu’en faite vous !?? Depuis 15 ans vos parents sont tranquilles au nord pendant que vous massacrez ceux des autres régions FOUTAISE.

      • Merci mon frère. C’est pour éviter qu’ils soient des moutons qu’on leur demande d’aller à l’école. Mais non ils préfèrent jouer aux balanceurs. Ils avalent toutes les incongruités qu’on leur sert. Pauvre d’eux, vraiment l’alphabétisation forcée serait la bienvenue en Côte d’Ivoire.

  2. J’ai lu avec intérêt votre contribution . Mais je suis un peu d’avis avec votre discours assez pertinent qui du reste allait plus me convaincre si vous avez pris en compte les intérêts des deux camps celui de la dé-civilisation et de la ré-civilisation . Je souhaite frère que tous les préalables soient levés sur la route du Pardon et de la Réconciliation. Nous nous sommes sur le terrain pour rependre la culture du Pardon et de la réconciliation avec GKS. Actuellement à Abidjan , Bientôt à Bouaké et dans les Chefs lieux de Région. Votre préoccupation est souvent soulevée sur le terrain mais ensemble apportant aux populations des réponses sans préalables car les ayants droits sont dans tous les camps . La parole donnée est sacrée et précède les actes. Demander pardon comme le fait GKS c’est poser un acte majeur qui renforce le débat et tous actes qui suivront .

  3. Je salue ta belle plume, ta liberté d’esprit et ton indépendance d’esprit! J’ai lu plusieurs de tes contributions qui vont dans le sens de l’intérêt général et de l’intérêt supérieur de la Nation, et t’en remercie.

    Tu sais également que je suis un Libre-penseur et indépendant d’esprit!

    Je suis d’avis avec toi que SORO Guillaume est un véritable Homme d’Etat qui a traversé toutes les épreuves, ou presque, depuis avant la FESCI pour acquérir la stature qu’il a aujourd’hui. Et, je loue, comme toi, son sens de l’humilité, seule vertu qui puisse le mettre dans ces dispositions de Pardon.

    Cher ami André, je suis également d’avis avec toi qu’une Rébellion, un coup d’Etat, sont pas les moyens adéquats pour une accession au pouvoir dans un pays démocratique, je dis dans un pays démocratique, un véritable Etat de droit.

    Personnellement, je pense que SORO, dans sa démarche de pardon (qu’il a librement prise) ne pourra se soumettre à tes deux préalables, et je te dis pourquoi:

    – SORO n’est pas le seul acteur de la scène politique ivoirienne a être responsable de la fracture de la Nation. Et si on s’en tient aux dates, il est véritablement rentré en politique en 2002 par la rébellion.

    – La crise post-électorale est née de la posture de deux candidats: ADO et GBAGBO. Donc, les effets collatéraux de cette crise doivent concerner ADO, le RDR et ses alliés d’un côté; GBAGBO, le FPI et ses alliés d’un autre côté.

    – Dans un conflit armé, comment sont traités les victimes collatérales et les adversaires? Peux t’on être en conflit et être en face d’une armée sans avoir des armes et combattre?

    C’est vrai qu’ici, tu as circonscrit le débat en parlant de SORO, car c’est lui le courage, l’humilité et le sens de l’intérêt supérieur de la Nation pour demander Pardon et enclencher un véritable processus de Réconciliation qui tarde à venir depuis.

    Maintenant, je vais poser des questions qui justifient mon analyse et qui sont de mémoire, de vérité et d’empathie:

    – Que pense tu des Constitutions qui inscrivent l’insurrection populaire, la désobéissance civile contre les déviations des régimes au pouvoir qui vont contre les intérêts des populations (Mal gouvernance, délit de faciès, xénophobie, tripatouillage de la Loi fondamentale….)?

    – Que penses tu des rébellions de Paul Kagamé au Rwanda, de Museveni en Ouganda, de Fidel Castro à Cuba face à des pouvoirs tortionnaires, ethnicistes, génocidaires qui ont pris en otage l’avenir des populations en faisant des millions en faisant des victimes collatérales?

    – Que penses tu de la Révolution française de 1789, fêtée chaque 14 juillet, qui a fait tomber la Monarchie et établit la République qui fonctionne à ce jour?

    – Que penses tu du Coup d’Etat de Salou DJIBO contre Mamadou TANJA du Niger qui a tripatouillé la Constitution pour rester au Pouvoir ad vitam aternaem?

    – Que tu penses tu de la Révolution de Thomas Sankara du 04 août 1984 contre la Bourgeoisie compradore qui a donné le Pouvoir au Peuple et qui a permis au BF de faire un énorme saut vers le développement?

    – En resumé, est ce que pour toi, il y a de bons cous d’Etas, de bonnes rébellions, de bonnes révolutions? Si non, comment faire partir les dévots du Pouvoir lorsqu’ils prennent l’avenir de toute une Nation en otage, au profit de leurs familles, leurs ethnies, leurs tribus, leurs clans?

    Tu as demandé à SORO d’aller demander pardon aux familles de certaines personnalités et à leurs ayants droits. Je vais encore revenir ici avec des questions:

    Comme je l’ai déjà dit, SORO est rentré officiellement, je dis biens officiellement sur la scène politique en Septembre 2002.
    – Pourquoi SORO doit il demander pardon à la famille de BOGA DOUDOU, victime collatérale du coup de force de 2002, sachant très bien qu’on n’ a pas établi la vérité sur la mort de ce compagnon de Laurent GBAGBO qui n’avait pas la langue de bois et qui était l’ennemi (je t’aime, moi non plus) de LIDA Moise, ministre de la défense à l’époque? Cela reste un mystère.

    – Pourquoi SORO doit il demander à la famille de GUEI, sachant très bien qu’AFFI NGUESSAN est passé à la RTI dire que GUEI allait prendre le Pouvoir. On a retrouvé GUEI et sa famille assassinés. Je rappelle que GUEI portait un simple tricot (Un général ne va pas en tricot prendre le pouvoir). Doit t’on appeler AFFI et les principaux généraux de l’époque pour se joindre à SORO pour demander pardon aux ayants droit de GUEI? Laurent GBAGBO qui était Chef de l’Etat de l’époque et Chef suprême des armées, doit t’il se joindre à SORO pour demander pardon aux ayants-droits de GUEI?

    – Qui doit demander pardon à BEDIE pour le coup d’Etat de décembre 1999? Les ayants droits de IB, de GUEI, du Général DOUÉ et de tous ceux qui ont participé au premier gouvernement d’après coup d’Etat (Général PALENFO, Général Coulibaly, actuel PCA de AIR Côte d’Ivoire, le FPI de GBAGBO et le RDR de ADO)?

    Tu as dit ceci: « Félix Houphouët-Boigny a commis sans doute des erreurs et créé des injustices, dans sa conquête du pouvoir et la conservation de celui-ci. Mais il, dans les deux premières décennies de son règne, en tout cas, su se faire pardonner par les survivants et ayant-droits de son action politique ».

    – Peux tu me dire le processus que Félix Houphouët-Boigny a utilisé pour demander pardon aux victimes et à leurs ayant-droits du faux complot contre la Sureté de l’Etat au début des années 1960, j’ai nommé Jean Baptiste MOCKEY, Jean KONAN BANNY, Ernest BOKA, Amadou KONE,…..? Dans le cas contraire, les ayants-droits que sont les enfants naturels d’Houphouet (Guillaume , Florence,…), son successeur naturel (BEDIE) et les Houphouetistes (ADO, Mabri,…..) doivent t’ils demander pardon aux ayant-droits des sus-cités?

    – « En 1970, dans le Guébié, un canton situé à l’ouest de la Côte d’Ivoire, près de la ville de Gagnoa, une révolte, en réponse à l’interdiction d’un nouveau parti politique, le PANA (Parti National Africain), a été sévèrement réprimée et aurait fait environ 4 000 morts (chiffre sujet à polémique….).
    Le 26 octobre 1970, un étudiant de l’ethnie bété, Kragbé Gnagbé, créateur de ce nouveau parti, avec quelques centaines de paysans, va occuper Gagnoa, capitale régionale, et proclamer une République d’Éburnie. Kragbé Gnagbé sera mortellement blessé dans les affrontements qui suivront ».

    En son temps, ceux qui ont conduit le « massacre » sous l’instigation de Félix Houphouët-Boigny, s’appelaient Leon KONAN KOFFI et Gaston OUASSENAN KONE.

    Leon KONAN KOFFI, n’étant plus de ce monde, est ce ses ayant droits, Ouassenan Kone, les ayant droits de FHB, Bedie et les autres houphouetistes qui doivent demander pardon au peuple GUEBIE, aux ayant droits de KRAGBE GNAGBE? Parce qu’à ma connaissance, FHB n’a pas initié une demande de pardon.

    La méthode FHB après t’avoir fait du tort, c’était de te nommer à un poste juteux, et pour ceux qui étaient morts, de prendre un membre de la famille moins réfractaire et de lui accorder les avantages financiers et matériels qui faisaient office de réparation. Est ce un processus de pardon? Est ce un processus d’apaisement des coeurs?

    Juste pour te dire mon frère que depuis 1960, tous les acteurs majeurs de l’environnement politique sont responsables de la fracture de la Nation ivoirienne. En aucun cas, nous devons chercher un bouc-émissaire pour endosser les fautes des autres.

    Tu as encore dit ceci: « La rébellion était une erreur, ce n’était pas un acte héroïque. Tous les maux et les mots, qu’elle prétendait combattre, demeurent aujourd’hui, soit sous une autre forme, soit dans la même forme et plus aggravée ».

    Je suis totalement d’accord que rien n’a changé et que la gouvernance politique et la gestion des deniers sont devenues patrimoniales et aux antipodes des standards et des normes basiques de gestion.
    Mais, une question: Qui détient le Pouvoir exécutif depuis 2011? Qui détient les leviers et les décisions politiques, économiques, financières, et sociales depuis 2011?

    Frère, tu es un éminent journaliste d’investigation qui a reçu des prix internationaux et dont nul doute de tes compétences.

    Je voudrais te poser deux questions pour clore:

    – A qui a finalement profité la rébellion de GKS dans son accession au pouvoir d’Etat?
    – Quels étaient les financiers occultes de la rébellion?

    La solution pour la Côte d’ivoire, ce n’est pas, à mon humble avis, tes deux préalables. On ne va jamais s’en sortir et ou on va droit dans le mur ou on va totalement au chaos pour devenir comme la Somalie ou la Libye.

    Personnellement, et c’est de conviction, je pense que la « libération » de la Côte d’ivoire dans le sens du pardon, de l’apaisement et de la réconciliation viendrait sans forfaitures d’un FORUM VÉRITÉ-JUSTICE-RECONCILIATION selon le modèle Sud-africain.
    Nelson Mandela a pardonné, il n’ y a pas eu de chasse aux sorcières contre les Blancs qui ont géré l’Apartheid. Il y a eu la Vraie Vérité, la Vraie Justice (réparations, demande de pardon,..), un Vrai Pardon collectif, et une Vraie réconciliation, et pas de chasse aux sorcières, ni de de bouc-émissaires.

    Allons à cela et à un véritable Eta de Droit où la Gouvernance sera vertueuse pour sortir la Côte d’ivoire des sentiers battus.

    Je te remercie André d’avoir soulevé le débat et j’en profite pour que tu demandes à ton webmaster de laisser passer mon commentaire afin que les uns et les autres débattent en toute franchise et en toute vérité.

    Ton ami et frère Adama BAGUIAN

    • Bonjour M.Adama,je ne vous connais pas,mais j´apprecie vos commentaires empreints de combat pour la paix et la cohesion necessaires au developpement du pays; J´aime les personnes qui essaient de se surpasser dans la quête de la veríte. Cherchons à semer l´Amour de Dieu…..et à lui seul de demeurer le seul et vrai juge… Puisse le Seigneur nous pardonner & aider toutes les personnes qui ont souffert ou continuent de porter les marques de ces souffrances à avoir la paix du Dieu vivant…que Dieu benísse la Côte d´Ivoire !!!!!!

  4. c’est quoi regarder dans les yeux des victimes ou parents des victimes pour demander pardon? Cela n’a pas de sens de nos jours. Si par le passé le Président Ouphouet Boigny a pu se faire pardonner sans souci, j’ai un fort doute que le simple regard dans les yeux suffisent à se faire pardonner de nos jours. Le président OUATTARA a dit que tout pardon passe par la justice et je pense que cela reste valable pour tout citoyen lambda. L’impunité, la banalisation dans les communautés noires peuvent justifier en partie notre retard dans le concert des nations. Pas que nous soyons moins intelligents que les autres peuples; mais nous manquons de rigueur dans la conduite humanitairement acceptable. L’être humain n’est pas un animal sauvage que l’on peut tuer pour manger quand on veut. Le cannibalisme est même punit par la loi. Comment est ce que pour conquérir un pouvoir faut il verser du sang humain? La Côte d’ivoire, même si elle n’est toujours pas inscrite parmi les grandes démocraties, l’acquisition du pouvoir par des élections peut être possible à condition de s’organiser en grand parti cohérent. Des exemples de ce type ne manquent pas dans ce pays. Au départ, de cette rébellion inutile non civilisée de nos jours SORO Guillaume chantait partout sur toutes les chaînes radios nationales et internationales que la population du nord ivoirienne était marginalisée. Ces dits ont eu des échos à travers le monde car l’injustice contre une population est inacceptable et par conséquent, il a eu le soutien de certains ivoiriens qui n’aiment pas l’injustice. Brusquement en janvier dernier contre toute attente les ivoiriens apprennent que les anciens rebelles réclament leur dû pour avoir porté au pouvoir le président Ouattara. Mais comment peut on lutter pour sa dignité et réclamer des sous? Le pouvoir vous l’avez et vous demandez aux ivoiriens de vous payer. La dessus nous n’avons pas entendu clairement la position de SORO. Tous ces cent milliards vont profiter à qui? Nul doute SORO a constitué au vu et au su de tous les ivoiriens une énormes fortune pour la campagne présidentielle à venir si les choses restent telles qu’elles sont aujourd’hui. Et dans ce cas précis il n’y aura pas match; il battra n’importe quels candidats; car la misère demeurant dans ce beau pays lui donnera raison. Pour ma part SORO ne mérite plus d’être le garant de la deuxième institution du pays et doit démissionner immédiatement car il a menti aux ivoiriens, il a volés leurs biens, tué les fils et filles de ce pays. Il a failli et mérite d’être poursuivi comme tout criminel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here