André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Lutte contre la corruption en Afrique : Voici la solution extrême d’un économiste

Lutte contre la corruption en Afrique : Voici la solution extrême d’un économiste

Lutte contre la corruption en Afrique : Voici la solution extrême d’un économiste. Nous vous proposons ce texte d’un économiste africain. Notons que nous ne sommes pas favorables à la peine de mort (NDLR).

Dans la construction de nos Nations vers le développement durable et l’émergence, je suis pour la peine de mort, comme solution transitoire, pour les délits de corruption à grande échelle, de grands crimes économiques et de sang. Comme chez les Dragons de l’Asie du Sud-est qui étaient au même niveau de développement que nous, il ya 60 ans.

En l’état actuel de la déliquescence de nos pays, tant sur le plan moral que de la responsabilité, il faut un signal fort. Et ce signal fort, je pense sincèrement à la peine de mort. Avec exécution immédiate pour les flagrants délits et les cas avérés.

Lutte contre la corruption en Afrique

Si on les pend haut et court, je crois que les épouses, les multiples maîtresses, et un instinct de survie dissuaderaient les potentiels criminels à col blanc. Je crois que personne ne veut laisser femmes, maîtresses, enfants, fortune dissimulée… Et se retrouver précocement à six mètres sous terre.

Déjà que le Père gaulois nous pompe 80% de nos devises dans son compte d’opérations, ce qui bloque notre décollage économique, s’il faut encore que ceux qui tiennent les caisses dans nos pays, et les leviers du développement vident les tiroirs, allez y comprendre.

Avant, les édifices publics, les routes bitumées, les sanitaires dans nos écoles, etc. avaient une durée de vie d’au moins 25 ans. Aujourd’hui, ils ont une surfacturation vertigineuse, une durée de vie de quelques mois, et souvent le temps d’une bonne pluie.

Personnellement, je ne vois pas d’autre alternative à l’heure actuelle. Au regard des nombreuses lois existantes, des instruments juridiques et la multitude d’institutions publiques budgétivores.

« Ce n’est ni le même contexte, ni le même niveau de développement. « On ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs »‘

Haute autorité de lutte contre la corruption et la fraude, Cour des comptes, Haute autorité pour la bonne governance, Autorité supérieures de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption, Autorité de régulation de la commande publique, Autorité de régulation des marchés publics, Inspections générales des services, Conseils de discipline, Conseils de ministres…

Ce que je viens de dire ici concerne tous les secteurs de nos Nations, y compris la très controversée Justice. Il y va de la survie de nos pays. De leur existence, en tant qu’Etat-Nation même, à moyen et long terme. Comprenne qui voudra !

A lire sur le même sujet: « Impunité: ce crime originel qui tue l’Afrique »

P.S: Pour les oiseaux de mauvaise augure que je vois venir, je vous dis tout net que les Etats-Unis sont une Nation développée, pas nos pays africains francophones. Parce qu’on me rabâche les oreilles avec le fait que la peine de mort n’a pas diminué la criminalité aux Etats-Unis.

Ce n’est ni le même contexte, ni le même niveau de développement. « On ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs », c’est connu en Afrique !

Adama Baguian

Économiste, Consultant en stratégie et management, DESS GPO, diplômé de l’Institut de l’administration des entreprises de Caen (France)

André Silver Konan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *