André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Immigration en Europe, on a tout faux : Ils ne fuient pas la misère en Afrique !

Immigration en Europe, on a tout faux : Ils ne fuient pas la misère en Afrique !

Immigration en Europe, on a tout faux. Ils ne fuient pas la misère en Afrique ! Ils fuient la mauvaise gouvernance, le manque de perspectives et de liberté. Lire mon édito à Matin Bonheur du vendredi 23 juin 2017, à la RTI.

La remise du prix Félix Houphouët-Boigny de l’Unesco, pour la recherche de la paix, à l’ancienne maire de Lampedus, pour son rôle dans l’accueil des migrants, me donne l’occasion de parler de ce phénomène du 21è siècle.

En effet, les chiffres de l’odyssée mortelle donnent froid dans le dos. Depuis le début de l’année, 1073 migrants sont morts en Méditerranée. Parmi eux, 150 enfants. Les chiffres sont du HCR et ils ont été dévoilés en avril.

Immigration en Europe, misère en Afrique

C’est dire que le décompte macabre s’est alourdi depuis lors. Des chiffres en hausse par rapport à ceux de l’année dernière. Depuis le début de l’année, 36 700 personnes ont débarqué sur les côtes italiennes. Des chiffres encore en hausse de près de 45 % par rapport à ceux de l’année dernière.

La plupart des victimes sont d’origine africaine et parmi ses Africains, des Ivoiriens. Selon l’ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, sur 180 000 migrants en 2016, 12 000 venaient de la Côte d’Ivoire. Notre pays est devenu le troisième plus grand pourvoyeur de migrants cladestins, après le Nigéria et la Guinée.

Mais qu’est-ce qui fait mourir, pardon courir ces Ivoiriens, ces Africains ? A mon avis (et je peux sans doute me tromper), ce n’est pas forcément la misère, quoique bien réelle en Afrique.

De fait, tous les témoignages d’immigrés confirment un fait indiscutable. Aucun ne se lance sur la route de l’aventure, sans avoir auparavant économisé ou rassemblé au moins 1 million de nos francs. Le minimum nécessaire pour être inscrit sur la liste des passeurs.

« Pourquoi des jeunes choisissent un hypothétique eldorado en Europe, au lieu d’initier un projet en Afrique ? »

Mais alors pourquoi ces jeunes choisissent librement d’aller affronter la mort dans le désert du Sahara ? D’aller braver les kidnappings, de courir le risque d’être arrêtés par des milices djihadistes en Libye ? Alors qu’ils ont pu rassembler au moins le million dans leur pays d’origine ?

Hypothétique eldorado

Réponse de Issiaka Konaté, directeur général des Ivoiriens de l’extérieur. « C’est un phénomène de mode. Ils dépensent beaucoup pour un hypothétique eldorado où ils devront tout recommencer à zéro, au lieu d’utiliser leurs fonds dans un projet ici ».

Alors je repose autrement la question. Pourquoi des jeunes choisissent un hypothétique eldorado en Europe, au lieu d’initier un projet en Afrique ? Ma réponse va peut-être vous surprendre, d’autant qu’elle est subjective. L’Afrique ne fait pas rêver.

Manque de perspectives

Ces candidats à la mort incertaine fuient la mauvaise gouvernance. Ils fuient le manque de perspectives. Etre condamné à vendre des habillages de téléphone portable qui rapportent 5 000 FCFA par jour et avoir bien conscience que jamais on ne pourra bénéficier d’un financement de 10 millions de nos francs (pour vendre non des habillages mais de vrais portables) pousse des jeunes à tenter l’aventure.

Une gouvernance marquée par le manque de liberté. Liberté par exemple de critiquer leurs dirigeants, sans qu’aucune police ne vienne les inquiéter. Le manque d’équité, la boulimie de certains et le dépérissement de bien d’autres libertés.

Une situation résumée dans nos boutades africaines. Tels « Pauvre a tort », « Relation est mieux que diplôme », « ça va pas aller quelque part », etc. Une gouvernance marquée par un cadre de vie qui ne fait pas rêver. Ils préfèrent aller prendre un selfie sur les champs Elysées. Parce qu’il n’y a pas dans leur pays, un site de ce genre, qui fasse autant leur fierté.

Ils fuient surtout la faillite des modèles de réussite en Afrique. Ces hommes et femmes si nécessaires et forcément utiles dans la construction de la conscience citoyenne. A l’exemple de ces grands héros du rêve américain.

A lire, sur le même sujet : « Ces fantômes du désert qui hantent nos consciences »

Tant qu’on se trompera de diagnostic, à savoir que ces jeunes fuient la misère africaine, au sens littéral et économique du terme, Angela Merkel pourra initier mille Plans Marshall pour l’Afrique, les chiffres de l’immigration ne chuteront pas.

C’est clair, ces jeunes qui partent ont bien conscience, qu’une autre misère les attend en Europe. Cela est d’autant vrai que des gens pourtant bien payés en Afrique, ont préféré vendre tous leurs biens et émigrer au Canada.

La question est : pourquoi ? La réponse se trouve dans mon hypothèse. Ils fuient la misère de la gouvernance en Afrique !

André Silver Konan

André Silver Konan

3 thoughts on “Immigration en Europe, on a tout faux : Ils ne fuient pas la misère en Afrique !

  1. Je voudrais me permettre de me prononcer sur le sujet relatif à l’echec du Président Bedié de rassembler les enfants d’Houphouët. Je commence mes propos en disant cette personne a fait une fausse lecture du climat socio politique qui a prévalu après la disparition du père fondateur de la nation ivoirienne en 1993.Le Président Bedié avait rencontré beaucoup d’obstacles pour qu’il menait de frond deux combats. IL fallait faire face à ses adversaires politiques exogènes et endogènes. Bref, nous avons tous vu et vécu la fin. Bedié n’a pas échoué mais il avait affaire à des politiciens qui n’amaient la côte d’Ivoire. Sinon qu’a t il apporté ce coup aux ivoiriens? C’est mon opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *