Les journalistes africains s'étonnent du recul de la liberté de la presse en Côte d'Ivoire, pays pionnier de la dépénalisation du délit de presse

Mauvaise et nouvelle loi sur la presse : 1000 journalistes africains écrivent à Ouattara. Larges extraits du courrier de quinze organisations professionnelles de la presse, issus de quinze pays d’Afrique de l’ouest.

La Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest et les 14 organisations de défense de la liberté de la presse et d’expression demandent purement et simplement au Président  Alassane Ouattara « le retrait de l’article 90 » du projet de loi sur la presse adopté en commission par l’Assemblée nationale, le 5 mai dernier.

Cet article dénoncé unanimement par les journalistes ivoiriens et plusieurs leaders d’opinion, vise non seulement les journalistes et les supports médiatiques, mais « quiconque par voie de presse ou par tout autre moyen de publication », prendrait des positions qui ne seraient pas favorables au pouvoir et à ses alliés.

1000 journalistes africains écrivent à Ouattara

Dans la pétition, les journalistes africains se disent « particulièrement préoccupées à propos de l’article 90 du nouveau projet de code de loi sur la presse qui impose un emprisonnement jusqu’à cinq ans et une amende de 300 000 FCFA à 3 millions de francs CFA’’.

Pour les signataires, ce nouvel article ne dépénalise pas les délits de presse, comme veut le faire croire le gouvernement. « Ce n’est autre que la réplication des articles 174 et 175 du Code pénal ivoirien qui ont déjà pris en compte tous ces délits ». Le code pénal s’appliquant déjà au journaliste, puisque « le journaliste n’est pas au-dessus de la loi », les journalistes africains ne voient pas l’intérêt de le reprendre dans une loi sur la presse.

« un recul pour la Côte d’Ivoire pionnière en Afrique subsaharienne, de la suppression des peines privatives de liberté pour des délits commis par les journalistes dans l’exercice de leur métier »

« Par conséquent, l’introduction d’un nouvel article ciblant la presse est inquiétante, étant donné que cela donne l’impression d’une nouvelle volonté des autorités d’en découdre avec les médias.

De surcroît, le nouveau projet de loi vise à remplacer la loi portant régime juridique de la presse de 2004 qui statue clairement que les délits de presse ne doivent pas faire l’objet de peines d’emprisonnement (…) La nouvelle loi de 2017 est donc un recul pour la presse en Côte d’Ivoire ».

« L’article 90 pourrait donner lieu à une large interprétation, et pourrait être instrumentalisé à des fins de harcèlements, de menaces, et d’intimidations de la part des personnes d’influence et des politiques pour faire taire les journalistes et les médias, les obligeant ainsi à l’autocensure, et par conséquent, affectant leur capacité à remplir leur mission de quatrième pouvoir’’.

« Journalisme dans la peur »

« La liberté de la presse et le développement des médias sont indispensables pour une démocratie vivante et une gouvernance responsable, une jouissance optimale de la liberté de recevoir et de répandre l’information, et ce à des fins de consolidation de l’état de droit et de démocratie pour le progrès de la nation de la Côte d’Ivoire ».

Les journalistes africains demandent au « président de la République de Côte d’Ivoire, d’intervenir afin que l’article 90 du nouveau projet de loi sur la presse, soit retiré afin d’éviter que les médias ivoiriens pratiquent le journalisme dans la peur ».

A lire sur le même sujet:

Nouvelle loi sur la presse en Côte d’Ivoire : la grande imposture du RDR

« Nous croyons profondément que vous apprécierez l’urgence du retrait de l’article 90 et de tous les autres articles qui constituent, dans ce projet de loi, un recul pour la Côte d’Ivoire pionnière en Afrique subsaharienne de la suppression des peines privatives de liberté pour des délits commis par les journalistes dans l’exercice de leur métier »

Organisations professionnelles de pays signataires:

  • Bénin

  • Burkina Faso

  • Côte d’Ivoire

  • Ghana

  • Guinée

  • Guinée-Bissau

  • Libéria

  • Mali

  • Mauritanie

  • Niger

  • Nigéria

  • Sénégal

  • Sierra Leone

  • Togo

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here