Au cinquième jour de la deuxième mutinerie des éléments du Contingent 8400, on observe un calme relatif à Abidjan, malgré des tirs au camp d’Akouédo et des tirs peu nourris sont signalés à San Pedro et à Bouaké. La nuit, dans l’ensemble, a été calme.

Cette fois sera-t-elle la bonne ? Il faut l’espérer. Hier, après 19h, le ministre de la Défense du Président Alassane Ouattara a annoncé, à la télé nationale, un accord. « Force est de constater que des incompréhensions et divergences sur les déclarations du porte-parole de ces soldats, ont abouti à des troubles dans plusieurs localités de Côte d’Ivoire, entraînant malheureusement des dégâts matériels importants, des blessés et des pertes en vies humaines.

Face à cette situation, et en vue d’éviter tout enlisement et plus d’endeuillement de familles, l’Etat-major général des armées a entrepris des échanges avec les soldats hier dimanche 14 et ce jour lundi 15. A l’issue de ces échanges, un accord a été trouvé sur les modalités de sortie de crise ».

Calme relatif à Abidjan

Ce sont des tirs qui ont accueilli cette annonce, sans que l’on sache si les mutins tiraient parce qu’ils avaient obtenu gain de cause, ou pour protester contre une manoeuvre du gouvernement. En tout état de cause, l’option de la fermeté décrétée par le gouvernement semble avoir été rejetée aussitôt par celui-ci, face à la détermination des mutins.

Ce matin donc, seuls des tirs provenant du Bataillon de sécurisation du sud-ouest (BSSO) de San Pedro et du corridor nord de Bouaké, sont signalés. Cependant, l’administration publique, les banques (fermées hier, sur instruction du patronat) et les écoles ne devraient pas fonctionner ce matin, en attendant d’avoir une lisibilité dans la journée.

« Une information difficile à confirmer, surtout que le gouvernement a décidé de ne pas être transparent sur cette affaire, depuis son éclatement »

Certains mutins ont confié à des proches avoir obtenu le versement dans les jours à venir, de quelques 5 millions FCFA, les 2 autres millions devant être payés le mois prochain. Une information difficile à confirmer, surtout que le gouvernement a décidé de ne pas être transparent sur cette affaire, depuis son éclatement.

A part Amadou Soumahoro du RDR qui a confirmé le versement par le gouvernement de 5 millions, sur 12 millions FCFA promis aux mutins (en échange de quel service ? Personne ne le dit), aucun officiel n’avance les détails des accords.

A lire sur le même dossier:

Mutineries: Quand Nicolas Machiavel parle aux Ivoiriens

Mi-février, des journalistes qui s’étaient hasardés à évoquer certains détails de cet acccord, ont été arrêtés et placés, pendant des jours, en détention préventive. Une stratégie douteuse qui consistait à vouloir cacher le soleil avec la main…

C’est cette attitude justement qui se retourne contre lui, d’autant que, rien que par le bon sens, il est difficile pour un avocat de défendre un client, qui lui cache la trame de son histoire. Conséquence: les réponses aux appels à la mobilisation du RDR, parti présidentiel, restent timides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here