Nicolas Machiavel

Nicolas Machiavel parle aux Ivoiriens. Comment cela est-il possible ? Il n’y a qu’à lire les écrits de l’auteur, dans Le Prince, dans le chapitre 12 relatif aux « diverses espèces de gens de guerre et les soldats mercenaires ». Larges extraits de l’écrit atemporel du philosophe et théoricien de la politique, né à Florence (Italie) en 1469 et mort en 1527.

« Si un homme veut fonder l’assurance de son État sur des forces mercenaires, il ne sera jamais en sécurité et puissant, car elles sont désunies, ambitieuses, sans discipline, déloyales, braves chez les amis, lâches devant l’ennemi ».

Nicolas Machiavel parle aux Ivoiriens

« Elles n’ont point de crainte de Dieu, ni de fidélité à l’égard des hommes, et tu ne diffères ta ruine qu’autant que tu diffères l’assaut. En temps de paix tu seras dépouillé par eux, en temps de guerre (tu seras dépouillé) par les ennemis ».

« Les soldats mercenaires n’ont autre amour ni autre occasion qui les tienne au camp qu’un peu de gages, ce qui n’est pas suffisant à faire qu’ils veuillent mourir pour toi. Ils veulent bien être avec toi pendant que tu ne fais point la guerre, mais aussitôt que la guerre est venue, ne désirent que fuir ou s’en aller ».

« Ils tÂcheront à se faire grands eux-mêmes, soit ou en te ruinant toi qui es leur maître, soit en montant d’autres contre toi »

« Je veux bien davantage montrer la malhonnêteté de cette espèce de soldats. Les mercenaires soudoyés sont soit de très excellents hommes, soit non. S’ils le sont, tu ne t’y dois pas fier. Car ils tâcheront à se faire grands eux-mêmes, soit ou en te ruinant toi qui es leur maître, soit en montant d’autres contre toi. Si le mercenaire n’est pas vertueux, il sera cause de ta perte ».

A lire sur le même sujet:

Rançons et taxes: Les vieux réflexes de la rébellion renaissent à Bouaké

« Tout prince sage doit compter sur sa propre armée (nationale) et éviter à tout prix les armées auxiliaires, mixtes ou mercenaires »

Une sélection de la rédaction

(In Le Prince)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here