Le ministre Alain Donwahi a dévoilé ce que le gouvernement a cédé, à la suite des revendications des mutins, en janvier dernier. Nous vous proposons son intervention qui, chacun le notera, passe sous silence la question des 12 millions FCFA, et pourtant le nerf de la… mutinerie.

Les préoccupations des soldats, en janvier, touchaient plusieurs zones. Il s’agit des préoccupations financières, celles relatives aux ressources humaines, aux conditions de vie et de travail de nos soldats. On note aussi des préoccupations au niveau de la  communication interne et la chaine de commandement.

Revendications des mutins : ce qui a été fait

En ce qui concerne les mesures prises par le gouvernement, il s’agissait de rétablir la chaine de commandement. C’est ce qui a été fait avec les changements opérés à la tête de notre armée, au niveau de chaque région, de chaque commandement militaire.

Je pense qu’aujourd’hui, la communication, la chaine de commandement est rétablie. Les hommes qui ont été nommés sont proches de nos soldats, connaissent leurs réalités et ont un contact permanent avec eux.

Au niveau des finances, le président de la République a indiqué que le gouvernement a pris des décisions concernant les baux. Les soldats ont permis de prendre en compte l’ensemble des préoccupations des militaires, des gendarmes, des policiers et aussi des forces paramilitaires que sont les agents des eaux et forêts et des douanes et aussi les gardes pénitentiaires.

Le taux de bail sera relevé de 20 000 FCFA. Cette mesure sera prise dès le 1er janvier 2018. Il y avait une autre préoccupation importante qui touche à l’immobilier. Vous savez qu’il y a quelques années, les militaires et d’autres avaient souscrit à un programme immobilier qui avait fait défaut.

« Le président a donné également des instructions très fermes pour améliorer les conditions de vie et de travail des soldats »

Le gouvernement a pris sur lui de coordonner une action qui a permis à ce que tous les souscripteurs soient remboursés des sommes qu’ils avaient engagées. Il y avait également des préoccupations concernant les ressources humaines au niveau de l’armée. C’est-à-dire l’avancement en grade.

Le nombre minimum d’années qu’il faut avoir pour passer à un grade supérieur est de 7 ans. La préoccupation est de ramener cette période à 4 ans. C’est une mesure jugée bonne par le gouvernement. Elle va améliorer l’avancement des grades de ceux qui le méritent.

Le président de la République a donné également des instructions très fermes pour améliorer les conditions de vie et de travail des soldats. De nouvelles casernes seront construites cette année dans chaque région militaire. Ces grandes casernes permettront aux soldats de vivre sur place. De grands camps seront construits dans les quatre régions militaires.

Loi de programmation militaire

Concernant la loi de programmation militaire, les instructions sont données par le président de la République, les moyens sont dégagés. Pour ce que le budget ne peut pas supporter, des financements ont été recherchés pour pouvoir mettre en œuvre la loi de programmation militaire.

En ce qui concerne les conditions de vie et de travail, nous avons commencé à y faire face notamment l’hébergement et la réhabilitation des casernes existantes. L’année dernière, une première phase a commencé et a concerné 43 casernes sur l’ensemble du territoire. L’autre phase commence à la fin de ce mois, pour compléter ce projet.

Il y avait également un problème au niveau du Fonds de prévoyance militaire concentré à Abidjan. Dès la fin du mois de mai, le Fonds de prévoyance militaire sera déconcentré dans toutes les régions militaires. Cela, pour permettre à tous les militaires de parcourir moins de distance pour bénéficier des prestations du fonds.

Le problème de communication interne a été rétabli. Un général a été promu à cette tâche. Il peut communiquer directement avec les soldats pour faire remonter toutes les préoccupations et apporter les réponses adéquates.

A lire sur le même dossier:

Un mutin révèle : « Ceux qui ont parlé à la télé hier, sont injoignables » (JA)

D’autres mesures vont suivre, certaines seront internes au ministère de la Défense, des arrêtés vont être signés, des projets de décrets vont être présentes au président de la République pour être signés pour relever un peu le niveau de notre armée, faire en sorte que notre armée soit plus professionnelle. Une armée au service de notre population, une armée qui ne fait pas peur.

La loi de programmation militaire avait déjà prévu une réduction des effectifs des militaires et une augmentation des effectifs de la gendarmerie. Il faut rapprocher les Forces de défense, des populations. Il faut réorganiser ce lien Armée-Nation.

Nous avons l’intention de mettre en place une armée professionnelle, de développement au service de notre pays. Les hommes choisis ont à cœur de faire régner dans cette armée, une discipline.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here