Édito n°008 Matin Bonheur. Du 21 au 30 juillet 2017, Abidjan va abriter les 8è Jeux de la Francophonie. Pas moins de dix disciplines sportives figurent au programme des jeux. Athlétisme, basket-ball, cyclisme, football, handisport, judo, lutte sénégalaise, tennis de table, etc.

Conformément à l’esprit des Jeux de la Francophonie, des concours figurent au programme, dans divers domaines. Arts plastiques, contes, chansons, danses, littérature, photographies, etc.

Si le gouvernement ivoirien, en attestent les différents reportages que nous voyons presque quotidiennement dans les médias, met les moyens dans l’organisation pratique des Jeux, nous ne sentons pas encore (du moins c’est mon avis, et je peux sans doute me tromper) un réel engouement chez ceux qui sont censés représenter la Côte d’Ivoire à ces jeux. Je veux parler des sportifs.

« en juillet, le monde entier se donnera rendez-vous en Côte d’Ivoire. Pitié, ne nous collez pas la honte ! »

Je me pose des questions. Par exemple, les responsables chargés de l’athlétisme ont-ils fini de sélectionner leurs athlètes ? Les bons athlètes ? Sont-ils formés ? Sont-ils bien formés ? Les fédérations chargées de la lutte, du handisport, du tennis de table, etc. sont-elles à l’œuvre ? Bien à l’œuvre ?

De même, nos Éléphants conteurs, danseurs, plasticiens, sont-ils prêts, à moins de cinq mois de l’évènement ? Personnellement, je n’ai pas de réponses.

Participation ivoirienne aux Jeux

En fait, organiser de façon pratique les Jeux de la Francophonie, est une chose. Organiser la participation des sportifs ivoiriens aux Jeux de la Francophonie, est une autre. L’une relève de la responsabilité de L’État et on voit qu’il est à l’œuvre (même si les travaux semblent traîner) et l’autre relève de la responsabilité aussi bien de l’Etat que des fédérations. Et à ce niveau-là, on ne voit pas que les choses bougent.

Il est important que nos athlètes ne présentent pas piètre figure. En effet, quand bien même la Côte d’Ivoire n’était pas la première de la classe, elle n’a pas moins occupé des rangs honorables lors des deux dernières compétitions internationales qu’elle a organisées à Abidjan.

Rappelons-nous, en 2013, la Côte d’Ivoire a été classée 3è au championnat d’Afrique de basketball et vice-championne du monde de taekwondo. Une symphonie certes inachevée, mais beaucoup mieux que le rang de triste mémoire que les Éléphants footballeurs ont occupé lors de la CAN 84 organisée par la Côte d’Ivoire.

Ne nous collez pas la honte !

Les 8e Jeux de la Francophonie, c’est 50 000 spectateurs, près de 4 000 sportifs et artistes, 3 000 bénévoles, 700 journalistes, des centaines de vedettes, de personnalités internationales et de chefs d’États, issus des 84 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF.

Bref, en juillet, le monde entier se donnera rendez-vous en Côte d’Ivoire. Pitié, ne nous collez pas la honte !

A lire aussi:

Édito n°007 Matin Bonheur: « Pourquoi il est politiquement contre-productif de détenir un journaliste »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here