La Russie ne renonce pas à sa signature du traité de Rome, pour les beaux yeux des Africains
La Russie ne renonce pas à sa signature du traité de Rome, pour les beaux yeux des Africains
La Russie ne renonce pas à sa signature du traité de Rome, pour les beaux yeux des Africains

Signataire du Traité de Rome créant la Cour pénale internationale (CPI), la Russie n’a jamais été membre de la CPI, contrairement à ce que certains médias l’affirment. Le pays de Vladimir Poutine a indiqué qu’il allait retirer sa signature apposé au bas du Traité de Rome, il y a 16 ans. Voici toute la vérité sur le supposé retrait de la Russie de la CPI.

En fait, la Russie a signé le traité de Rome qui crée la CPI. Cependant, comme les Etats-Unis et Israël, ce pays n’a jamais ratifié le traité de Rome. Contrairement à la Chine qui n’a ni signé, ni ratifié le traité, évoquant des viols de souveraineté.

Signer le Traité est différent de le ratifier

Résumons la situation pour les nuls (façon de parler). C’est comme une personne qui est d’accord sur le principe qu’on crée une association de quartier et qui signe le PV de la réunion recommandant l’association. Mais au moment de mettre en place cette association, cette personne, pour des raisons qui lui sont propres, refuse d’adhérer à l’association.

Et plusieurs années plus tard, cette même personne revient à la charge, pour déclarer qu’elle compte retirer sa signature sur le PV de la réunion qui recommandait la création de l’association. Voilà résumée, la situation.

« La Russie ne renonce pas à sa signature pour les beaux yeux des Africains »

D’ailleurs, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe est très clair et ne laisse la place à aucune interprétation. « Nous n’étions pas membre de la CPI. Nous avions signé le statut mais ne l’avions pas ratifié. Désormais, nous retirons notre signature et les obligations qui étaient liées à cette signature sont donc aussi retirées ».

Dire donc que la Russie quitte la CPI, c’est soit une méprise, soit le fuit d’une ignorance, soit une intention de manipuler l’opinion.

Notez enfin que contrairement à ce que certains pourraient croire, la Russie ne renonce pas à sa signature, pour nos petites affaires africaines. Eh oui, la Russie ne renonce pas à sa signature pour les beaux yeux des Africains.

Protestations

Ce pays n’a jamais calculé les intérêts africains, dans ses prises de position. En effet, elle a voté la résolution du Conseil de sécurité demandant à la CPI d’ouvrir une enquête au Soudan et en Lybie. La grande hypocrisie…

La Russie renonce à sa signature, davantage pour protester contre l’annonce faite par la Cour, d’ouvrir une enquête, en janvier 2017, sur les massacres de civils, lors de la guerre russo-géorgienne de 2008 et sur les pressions de Ban Ki-moon sur le Conseil de sécurité, en vue de réintroduire une demande d’enquête en Syrie, pays soutenu par Moscou.

Dans tous les cas, la CPI joue aussi bien sa crédibilité que sa survie, avec le retrait annoncé de plusieurs pays africains. Et cette dernière renonciation, même si elle d’ordre purement politique et ne saurait remettre en cause son fonctionnement, encore moins son existence, la fragilise un peu plus.

A lire aussi: http://www.andresilverkonan.com/2016/09/29/gabon-cpi/

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here