André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Dagobert Banzio malade ou quand la haine l’emporte sur l’humanité

Dagobert Banzio malade ou quand la haine l’emporte sur l’humanité

L’image d’un Dagobert Banzio malade, mais digne et combatif, a fait le tour de forums proches de l’ancien pouvoir, ce week-end et jours suivants. Les railleries, méchancetés et malédictions, qui ont inondé les réseaux sociaux rappellent à quel point de nombreux Ivoiriens se sont laissés déshumanisés, par la politique.

Exemple patent. Ce commentaire sous un post d’un jeune homme, invitant les proches de l’ancien pouvoir à arrêter les « commentaires maléfiques », sur l’ancien ministre du PDCI, 59 ans, actuel président du Conseil régional du Cavally et toujours proche d’Alassane Ouattara.

« C’est regrettable , mais n’oubliez pas comment les autres sont morts , comment ils sont devenus (sic) en prison . Dans un pays où il y a deux camps , où le camp des faibles est tjrs martyrisé , comment voulez vous que ce camp soit compatissant ? ». Le commentaire est signé d’un ancien PCA de Laurent Gbagbo, ancien conseiller économique et social, responsable du FPI.

Cet homme est pourtant un chrétien, il se plait à faire des messes les dimanche et tient même des responsabilités dans sa paroisse. Comme la plupart des personnes qui ont souhaité la mort de Banzio ou qui rêvent qu’il soit précipité dans le séjour des morts.

Ces chrétiens nouveaux, qui chaque jour, sur leur mur Facebook, publient des versets bibliques, terminent leurs commentaires par « Amen » et qui, dès l’évocation de la politique, deviennent méconnaissables, tant de leur bouche, sortent venin et vermines.

« Il ne faut pas s’y méprendre. La profusion de haine n’est pas l’apanage des seuls extrémistes pro-Gbagbo »

Mais il ne faut pas s’y méprendre. La profusion de haine n’est pas l’apanage des seuls extrémistes pro-Gbagbo. Dans le camp de l’actuel pouvoir, il suffit d’entendre des gens parler, pour qu’on se demande si ceux-ci sont sincères dans leur dévotion à Allah, chaque vendredi, quand ils plient genou à la mosquée.

Souvent, j’en suis à me demander, quand je lis les commentaires violents et haineux sur mon propre mur (je suis, toute modestie mise à part, l’un des rares en Côte d’Ivoire, à tolérer la contradiction, souvent même injurieuse), comment les Ivoiriens en sont arrivés à une telle déshumanisation.

Si vous ne comprenez pas pourquoi, en 20111, Duékoué a été l’épicentre de toute la violence meurtrière de la crise postélectorale (alors que ce n’était pas un carrefour assez stratégique), écoutez les extrémistes des deux camps, parler et vous aurez une réponse.

A Duékoué, de 2002 à 2010, des gens ont regardé des miliciens et des mercenaires tuer, voler, violer, avec une haine heureuse; des innocents, dont le seul tort était d’être considérés comme des étrangers.

A la faveur de la crise postélectorale, quand la terreur a changé de camp, d’autres gens ont regardé, avec une haine vengeresse, les miliciens d’Amadé Ouérémi, tuer, voler et violer; des personnes dont le seul tort était d’être considérées comme des autochtones.

Je l’ai dit à plusieurs reprises, je le répète aujourd’hui: à l’origine du mal de Duékoué, était la haine. Rien d’autre. Et manifestement, cette haine, dans le coeur des survivants, refuse de s’éteindre… Parce que l’irresponsabilité politique est plus forte.

« Je l’ai dit à plusieurs reprises, je le répète aujourd’hui: à l’origine du mal de Duékoué, était la haine »

Heureusement, dans cette explosion de haine mortifère, des voix empreintes de sagesse et d’humilité, comme celle de mon ami Arsène Touho, s’élèvent, pour appeler à la retenue, au pardon, à la tolérance, berf à l’humanité.

Faut-il désespérer de certains politiciens aux petits pieds ? Assurément non. Il faut continuer à prier pour eux, afin que le Dieu qu’ils disent eux-mêmes confesser, incline leur coeur à l’amour de l’autre, même dans l’adversité la plus féroce.

Car il est écrit, et c’est la vérité: « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » (Mathieu 5:4).

Lire aussi: http://www.andresilverkonan.com/2016/11/06/vocation-spirituelle-de-la-cote-divoire/

André Silver Konan

7 thoughts on “Dagobert Banzio malade ou quand la haine l’emporte sur l’humanité

  1. Qui est Oliver Konan pour pretender faire la morale aux gens taxes de Pro-Gbagbo? N’est il pas en Côte d’Ivoire ou sont emprisonnes des millers de compatriotes ivoiriens parce qu’il ont de l’amour pour autre Ivoirien? Monsieur le journaliste, votre n’ai de sens que des gens qui vous sont prochent? Revenons a Banzio. Savez vous que ce dernier est alle narguer nos parents jusqu’a dans les camps de refugies au liberia? Si non, je vous rappele ces propos et je cite:
    – vous allez souffrir encore longtemps parce que votre histoire est exageree.
    – ou se troupe Gbagbo pour vous defendre.
    – il a oser dire dans une interview parue dans frat mat que seuls les militants rhdp ont perdu des biens et des vies dans la grave guerre qu’a vecu Norte region.
    Qu’a fait Banzio quand ses allies du rhdp torturaient son frere Mahan Gahe? Quelles demarches mene t-il pour la liberation de son aine Hubert Oulai?
    C’est plutot Banzio qui a de la haine pour ses propres freres,ce qu’il est en train de payer. Alors, de grace laissez les gens tranquilles.

    1. Justement Dedoke; c’est de cette haine pour son prochain que parle André Silver Konan.
      Il faut mettre fin à cette spirale de haine qui n’apporte rien à la Côte d’Ivoire. Il faut bien que cela s’arrête un jour. sinon on ne finira jamais de se venger. il faut donc que cela commence par ceux qui disent croire en Dieu. Aucune religion ne tolère le fait de se rendre justice. Pour revenir à Banzio, c’est dommage que les gens soient réduits à souhaiter la mort d’une autre personne malade.

  2. Mon frère konan ,fais attention en comparant Yaya jammey au président Laurent GBAGBO,parce que LG est vainqueur de la présidentielle 2010… le nouveau pouvoir qui a guagné la guerre n’a jamais prouvé le contraire….. Merci.

    1. Personne ne parle de gagner les élections ici.. Sinon que le vainqueur a récolté 54,1% et le vaincu qui avait créé un slogan farfelu de  » ON GAGNE OU ON GAGNE  » avait tenté de supprimer les voix de sept régions du nord par son ami et frère militant du front avant de s’autoproclamer vainqueur.. Or, la loi disait tout simplement d’annuler l’élection pour reprendre au lieu de supprimer des voix… Les ivoiriens,la majorité des ivoiriens s’est opposée à ce vol.. Et il a été chassé du pouvoir avant d’être capturé et expédié devant le juges de la CPI pour répondre de ses actes…
      Amed D.Londres

  3. Bonjour M. KONAN.

    Je comment rarement les posts car, considérant bcp comme n’ayant aucun sens. Je permets ici de le faire et m’en excuse si d’aventure je n’ai pas compris la quintessence de vos propos.
    Je vous remercie infiniment de faire la promotion de l’amour du prochain, de l’humanité qui est aujourd’hui une denrée rare en CI.
    Je me pose même la question de savoir comment pourrions nous moraliser les écrits sur les réseaux sociaux ?
    Je partage pleinement votre appel à l’amour de l’autre, tout simplement. J’invite surtout à la responsabilité de la plume tout rappelant que les écrits restent à jamais. Faisons attention à ce que nous écrivons car, un jour nous serons rattrapé par nos écrits.
    Les violences dont on parle et qu’on regrette, je l’espère, se produisent par les lâches, opportunistes et arrivistes en temps de crise, en temps de confusion. Si nous les regrettons, arrêtons par nos écrits, de susciter le retour à la crise. Nous y serons tous des perdants et notre pays pourrait plonger à jamais. Je ne reviendrai pas sur les tords ou les raisons de chaque camps, moi même ayant choisi un camp, sans jamais écorcher une mouche, Dieu m’en préserve, mais assumant avec fierté mes convictions profondes : la dignité humaine, compréhension de la différence et le respect de la vie.
    Mon chèr André, je voudrais cependant faire remarquer qu’implicitement ton post affirme que les militants du FPI sont chrétiens et ceux du RDR musulmans. En fin si je ne déforme pas ta pensée. Je souhaiterais que nous évitons la classification des Parti politiques par les groupes sociaux. Cela cristalise davantage les positions par la prédominance de la passion dans l’analyse du débat politique.
    Toutefois, je te remercie pour ta contribution remarquable et t’invite à pardonner se qui ne se nourrissent que par l’incitation à la vengeance et à la haine. Je reste convaincu qu’ils ne seront jamais sur théâtre des opérations si jamais leur appel abouti. Qui devra payer le prix de désirs ?
    Je souhaite un prompt rétablissement au Ministre Dagobert Banzio
    Toutes mes excuses pour tout manquement

  4. Bien dit Amed D.Londres! Moi je pense que si chacun pouvait reconnaître sa part de responsabilité dans ce qu’on a traversé, la Côte-d’Ivoire disons tous les Ivoiriens s’en sortiront grandi…. Que de toujours chercher à mettre la faute sur quelqu’un or ils sont tous coupables. Arrêtez ça hein… La vie ne s’arrête pas là et on doit continuer à aller de l’avant. Peu importe celui qui gouverne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *