Aujourd’hui, je vais vous dire pourquoi je ne crois pas aux religions africaines (ivoiriennes). C’est une réponse à ceux qui, la semaine dernière, m’ont reproché de promouvoir des religions « étrangères », quand j’ai essayé de montrer que recourir aux féticheurs et autres marabouts africains, desservait spirituellement les Africains.

Avant de commencer, permettez-moi de lever deux ou trois équivoques. Premièrement, ce texte n’a pas pour vocation de lancer un débat sur l’étymologie de la religion. Le diable est dans les détails, c’est connu.

Ensuite, en termes de religions africaines, je vais plutôt centrer ma méditation sur des religions ivoiriennes. Celles que nous côtoyons habituellement dans nos villages. Enfin, j’essayerai, tant que faire se peut, de respecter les croyances de tous.

En clair, vous devez retenir que l’esprit de cette contribution n’est pas de susciter la polémique, mais d’enrichir le débat. Mon objectif est de montrer que suivre les religions africaines, ne nous sert pas, en tant qu’aspirants spirituels. A toutes fins utiles, j’invite donc mes contradicteurs à apporter des éléments de réponses claires, sur les différents points que je vais développer.

Première raison

Les religions africaines, pour celles que je connais, ne sont pas écrites. Notez que je ne vais pas nommément les citer, pour ne pas personnaliser le débat. Où sont nos livres « révélés » qui ? A tout le moins, dans quel bréviaire peut-on prendre connaissance des prières à réciter, pour soumettre nos intentions au Divin ?

Quel est notre livre sacré à nous, accessible à tous, qui évoque une quelconque connaissance spirituelle africaine ? Le livre où ceux qui ont soif de connaissance spirituelle et veulent nourrir leur âme de la bonne parole, peuvent aller puiser la force du verbe divin ?

Les chrétiens ont leur bible. Les Juifs leur torah. Les musulmans ont le coran. La Bhagavad-Gîtâ gita est le livre sacré des hindous.

« Je veux bien suivre une religion africaine, mais je n’en vois pas qui puisse satisfaire ma volonté de connaissance spirituelle »

Petite précision, à ce niveau: ce n’est pas parce qu’il y a des livres, que c’est forcément bon. L’exemple des livres sur la magie noire (je n’aime pas cette expression) africaine ou occidentale; en est une illustration. Mais ne pas avoir de livre du tout ne rend pas la connaissance accessible. Or la vocation de la religion, est justement de sauver le grand nombre d’âmes.

Deuxième raison

Elle est un peu la conséquence de la première, mais pas forcément. En effet, les religions africaines ont un problème de dépôt de la Foi. En d’autres termes, quels sont les témoignages spirituels que nous ont laissés nos ancêtres ?

Qui sont nos célèbres guides religieux, depuis que notre continent existe ? Qui sont nos saints dont les rapports au Divin ont été si étroits, qu’ils ont marqué, pour de bon, la mémoire collective à travers les siècles ? Il n’y en a pas, à ma connaissance. Et ce n’est pas notre tradition orale qui est en cause. Puisque les faits d’armes de certains de nos anciens guerriers ont été transmis.

Troisième raison

La troisième est raison est l’accessibilité de la connaissance spirituelle. L’on me dira que dans des villages et autres contrées reculées, il y a des religions. Certes, mais elles ne sont pas publiques. Elles sont ou se comportent comme des sociétés secrètes/et ou initiatiques. Des sortes de congrégation dont l’accès n’est pas ouvert, voire pas libre.

Pour certaines, l’entrée est interdite soit aux femmes, soit aux enfants, soit à ces deux groupes sociaux. Il y a des fétiches destinées uniquement aux femmes, interdites aux hommes. Etc.

Personnellement, quand je le désire, je me rends dans n’importe quel lieu de culte (catholique, orthodoxe ou protestant), quel que soit l’endroit où je me trouve sur la planète, pour observer un temps d’intimité avec mon Créateur.

M’est-il possible de me rendre sans rituels ou initiation préalable, dans une forêt sacrée, dans un endroit d’adoration « bossoniste » ? De participer à un culte voué à une pierre, une rivière, un fétiche, un arbre, un python, etc., sans y être attendu ? Assurément non.

Quatrième raison

La charité. Combien de récits pathétiques sur des rituels violents, n’avons-nous pas entendu, relatives à la spiritualité, dans certains de nos villages ? Je pars du postulat qu’on recherche la spiritualité, pour devenir des êtres meilleurs. Combien de personnes n’ont-elles pas recours aux prêtres et prêtresses de nos religions du village, pour faire du mal à ds proches ? Quelle est la valeur que nous accordons à la charité dans ces religions ?

En conclusion, je le dis très sincèrement, en tant qu’aspirant spirituel, je veux bien suivre une religion africaine. Mais jusque-là, je n’en vois pas qui puisse satisfaire ma volonté de connaissance spirituelle. Si vous en voyez qui satisfait mes trois raisons évoquées plus haut, signalez-la moi.

« Si vous trouvez une religion africaine qui promeut toutes ces vertus, faites-moi signe, j’irai y adhérer, sans complexe »

J’ai donc choisi d’être chrétien. Et ma position est simple. Je ne suis pas de ceux qui martèlent qu’il n’y a aucun chemin pour atteindre l’unicité avec le Créateur (but fondamental de la vie), à part la chrétienté.

Je suis de ceux qui encouragent les individus à rechercher la connaissance spirituelle, dans toute sorte de religions, à condition qu’elles adorent Dieu et Dieu seul (Son nom peut différer d’une religion à l’autre).

Je suis de ceux qui respectent les religions qui ont des instruments (livres, lieux de culte publics, guides religieux disponibles) destinés à enrichir la connaissance spirituelle de leurs aspirants. Les religions qui encouragent l’individu à aimer son prochain, comme soi-même, à faire de la charité, à développer des idées positives et à exclure tout recours au mal.

Si vous trouvez une religion africaine qui promeut toutes ces vertus, faites-moi signe, j’irai y adhérer, sans complexe. Bon dimanche à tous et à toutes !

A lire aussi http://www.andresilverkonan.com/2016/10/16/comment-eviter-le-piege-des-marabouts-et-komians/

 

13 Commentaires

  1. Bon dimanche à toi aussi ASK, en effet tu as touché le fond du problème, toutes les religions africaines ou ivoiriennes ont des temples sacrés inaccessibles au publique et avec beaucoup d’interdictions surtout à l’endroit des Femmes et prêts à tuer si ces interdictions ne sont pas observées ou même par vengeance ou sur recommandation. Or le seul Dieu créateur du ciel et de la Terre et de tout ce qu’ils contiennent est Amour , réconciliant, Miséricorde, n’aime pas les cachotterie et le mal.
    il ne faut surtout pas confondre avec nos cultures qui sont nos danses de réjouissance et autres.!!!

  2. La religion représente les moyens que l’homme se donne pour se rapprocher de Dieu, c’est pourquoi il y a plusieurs religions . Soyez sincère et laissez vous guider par l’amour de Dieu pour vous, et vous serez sur le bon chemin. En effet c’est Dieu qui nous choisi (comme il a choisi à l’époque les juifs) en fonction de l’état de notre coeur.
    En communication, la dimension spirituelle est au dessus du culturel voire de l’intellectuel, lequel est au dessus du factuel.
    Attention à ne pas confondre ces trois niveaux !

  3. SOYEZ spirituel et non religieux
    ,vous parlez d’écriture ou livre saint , de guide religieux, charité j’en passe
    ,mais comment peut on comprendre qu’on me demande d’aimer mon prochain entre temps tu pratiques la traite négrière, l esclavage pour dire que ce système était pour nous dominer disons un lavage de cerveau , et ils sont réussir à nous formater .nous avez choisir de suivre une religion c’est votre choix ,nous sommes des spiritualistes trop de contradiction dans ses différents écriture .j’encourage , continu de creuser tu y arriveras si seulement si tu es endurance et déterminé,l homme de conviction et non de foi.

  4. Bonjour M Konan. Il me semble que votre quete est spirituelle et non réligieuse. Et pour cela vous serez fort déçu de savoir ke votre Afrique ne cultive pas de réligion telle qu’on le voit de nos jours! Elle cultive la spiritualité (rapport au créateur et à la nature qui le manisfeste) et amène le disciple, qui s’y interesse, à aller à la rencontre de son essence primordiale. Il est fort appréciable que vous cherchez à lire des textes sacrés; mais sachez que l’essentiel des écrits africains destinées à la culture du commun se trouve dans des musées européens et américains pour les raisons que vous connaissz si parfaitement. (Pour imposer leurs réligions, il fallait couper la courroie de transmission de nos connaissances).
    Par ailleurs, il est regrettable d’assimiler toute une culture à ses seules dérives!! Voulez-vous nous dire qu’il n’y a pas de dérives chez les juifs, chez les arabes, chez les occidentaux et leurs réligions? Pour information, vous devez savoir que l’Afrique est dans un élan d’éveil des consciences tant sur le continent que dans la diaspora. Je vous invite donc à consulter le site afrikhepri.org comme point de départ de votre enquete sur la spiritualité de vos origines.

  5. Bonjour ASK, merci d’ouvrir là un débat fondamental qui certainement nous fera avancer sur les sentiers de la quête de notre identité gage de l’émergence tant clamée mais mal amorcée.  »Connais toi toi même, et tu connaîtra le monde et les choses qui t’environnent » disait Socrate le père de la science occidentale (qui pourtant n’a jamais écrit).
    Un sage bien connu de chez moi a dit qu’il y’a deux personnes qui sont les plus lues au monde, mais ils n’ont jamais écrit: Jésus et Mahomet( Felix Houphouet Boigny).
    Le fait qu’il n’y ai pas de bréviaires concernant nos religions africaines ne saurait être un handicap, encore moins son caractère ésotérique supposé… Tout est question de paradigme socioculturel.
    « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »disait Rabelais. Cette maxime, nos aïeuls en eu une conscience très aiguë depuis la nuit des temps.
    La religion chez l’homme africain en général et dans la société dont je suis originaire est un tout, elle est pour tous et est en tous dépuis le stade embryonnaire jusqu’à l’éternité (c’est à dire après la mort), elle défini les règles de vie, la morale dont je doute qu’elle soit moins généreuse que d’autres. Tous les membres du corps social s’y soumettent et vivent selon ce paradigme. Et comme dans toute pratique religieuse, il y’a des strates qui ouvre la porte à certains savoirs et pratiques selon l’âge, le sexe, l’endurance et l’état de santé… Convenez avec moi qu’on ne donne pas une arme de guerre à n’importe qui, il faut au moins qu’il fasse preuve de maîtrise de soi.
    ASK, le regard que vous portez sur ces religions est un regard de l’extérieur et du point de vu de quelqu’un qui est hors de ce corps social… Je vous invite à d’abord aller au fond des choses, comprendre (au sens étymologique de prendre avec soi) et intégrer le mode vie, de pensée, de croyance, en gros le modèle social africain. J’en suis certains, une telle approche vous ferait changer d’avis (non pas de religion) sur ces religion qui contrairement à ce que beaucoup pensent (par erreur) sont loin d’être obscures. Il y’a du sens et beaucoup de profondeur spirituelle dans le bois sacré.

  6. ET BIN MON FRERE JE COMPREND TA POSITION
    JE NE PARLERAI PAS DE TOUTE LESRELIGIONS AFRICAINE
    JE SUIS SENOUFO DONC CEST SA JE CONNAIS ET J EN PARLERAI
    ALORS ALLONS SY POUR UN TOUR

    1 – LES TRADITIONS AFRICAINE ( senoufo ) a un livre mais pas ecrit ; le livre se trouve en chaque senoufo depuis sa naisance on le lui enseigne .il vie ,respect ,grandi avec cette les principes du poro .
    maintenant tu parle ou sont les rituels et mode d enploi et bien laisse moi te dire que comme le christianisme que tu as choisi tu as certe la bible mais quant tu as un probleme serieux tu va voir ton pasteur ou pretre ;tu va a leglise pour demander assistance a ton pasteur .cela est une verite mais pkw ? paaske voi tu ton pasteur connais des secret et rituels que tu ignore qui ne sont pas ouvert a tt le monde d »ou linteret d un pasteur et pretre
    cest de cette meme maniere que chez les senoufos tt nest pas ouvert pour des choses vous devez demander assistance
    je prend un exemple tres simple il ya chez les senoufo une forme de consultation appeler le TOURABOU vous pourez faire des recherche plustard .pour maitriser la consultation di tourabou cela peut vous prendre un apprentissage de plus de 10 ans .cette forme de consultation est l une des plus puissante au monde cela se fait par des traacer et celui qui maitrise le tourabou peut vous dire detailler toute votre vie a un point que vous ne pouvez pas immagier au point de vous repeter vos propos dit un jours donner le nom de vos grand parent et la date precise de votre mort ……… je touche du bois
    alors soyez daccord avec moi que certaine choses reste resterons dans le secret des pasteur ;pretre marabou ;feticheur

    aussi l histoire nous a montrer que la pluspart des religions qui on ete juste ecrite ont ete modifier avec le temps par certaine personne qui on ete considere un moment comme bergés
    mais voyer vous la tradition senoufo ne peut etre modifier ou tricher celui qui s amuse a cela la tradition elle meme se chargera de le punir et le montrer a tt le monde
    mais nous voyons partout nos iman et pasteur ;pretre faire des vilaine chose qu il ne doivent pas faire

    un feticher senoufo qui as un fetiche du nom de ‘ DJAFRAI  » se fetiche a des principe simple ne pas vole ne pas mentir ne pas forniquer ne pas prendre ce qui ne vous appartiens pas ( nous retouvons pratiquement tout les 10 commandements et plus ) mais voyer vous si le proprietaire de se fetiche desobei a un seul de ses interdit il le paiera sur le champ un chatiment sera applique a la minute
    mais nos imam et pasteur nous les voyons ici escroker et faire de betises mais rien et il on trouver la ben phrase ‘ FAIT CEQUE JE DIT ET NON SE QUE JE FAIT ‘ nimporte koi

    AUSSI LAISSER MOI VOUS DIRE QUE VOUS NAVEZ FAIT AUCUNE RECHERCHE SUR LES RELIGIONS AFRICAINE SINON VOUS N AUREZ PAS ECRIT CELA

    ET SI LES RELIGIONS AFRICINE ETAI FOSSE VOS PASTEURS PASSERAIS PAS TT L HEUR TEMPS A VENIR PRENDRE DES FETICHES POUR VOUS FAIRE TOMBER EN MASSE ET PRETENDRE FAIRE DES MIRACLE AU NON DE DIEU . croyez ske vous voulez mais de grace si vous voulez etre chretien soyez chretien mais mettre en doute les religions africaines parceqelle non pas livre ecrit ????

    ce qui se transmet par la voix oral et de pere en fils peut etre modifier par une personne mais sela ne sera que pour lui .le vrai restera toujours

    et aussi pour votre gouverne la bible s utilise aussi pour faire le mal lancer des sorts et ds maledictions
    si nous ignorerr cela voudrai dire que vous ignorerz tout de votre religions . je pourais pour demonstration vous donner un psaume avec sa clé pour lancer un sort de migraine immediat a kelkun ou vous vous trouvez

    il n y as de plus concret et palpable que la traditions africaine (senoufo )
    LES CHRETIENS ONT TOUJOURS ETE FERME QUANT A LA QUESTIONS DES RELIGIONS .TOUJOUR A DENIGRE AU LIEU DE CHERCHER A COMPRENDRE DONC SVP EVITER DES DEBATS OU VOUS MEME N ETES PAS DISPOSER A ECOUTER ET A VERIFIER LES FAITS

    MERCI

    • bien dit frère aujourd’hui c’est pas l’ignorance qui tu c’est le refus d’aller à la connaissance directe. je vais avant de lui répondre dans le fond faire une brève présentation de la notion de religion

  7. Qui a dit qu’il n’y avait pas de livres de spiritualité africaine, alors que les premiers livres sont africains et les autres ne font qu’en découler en copies imparfait. Ce dimanche encore je demandais à un pasteur pourquoi parle t-on du jugement dernier et on ignore tout des jugements précédents? Il était bloqué. Sans plongé dans cette spiritualité originale d’Afrique, aucune réponse à cette question n’est posible parce que la torah a sauté quelques pages dans sa copie.
    Si hier encore la connaissance nous était cachée, aujourd’hui il y’a internet. Cherchez, lisez. Tapez Lisapo ya kama sur google et suivez les liens.

  8. Bonsoir monsieur, la société africaine est régie de regles dont le fondement est la famille. Chose que certaines religions n’ont jamais pu consolidé et ont donc participé à la dislocation de celle ci créant ainsi le chaos dans toutes les contrées du monde.A quoi bon sert de se réfugier dans une religion sachant qu’elle n’est qu’une façade et que la pensée et les actions des instigateurs de cette religions sont connues de tous . concernant les manuels écrits seul un esprit figé se contententera d’un dogme. Mais un esprit ouvert cherchera à améliorer son existence en adaptant sa réflexion de tous les jours à son mode de vie. En ce qui concerne la spiritualité elle n’est pas de niveau avec la croyance en une religion. Oui l’Africain n’est pas religieux comme vous mais il est spirituel et craint le tout puissant. Merci

  9. Je pense sincèrement que M ASK doit tout simplement repartir simplement chez lui (Akan)! Discuter avec un Comian et lui poser toutes les questions sur la spiritualité africaine. Ensuite, en remontant de plus en plus dans le passé, il trouvera des livres, les livres fondateurs comme le livre des morts ( Egypte ancienne) qui lui permettra de comprendre la cohérence de la pensée spirituelle africaine (création de la terre, naissance de l’homme et de la femme, le concept de mal, de bien, la mort, le jugement dernier etc…). Et en y allant causer avec les comians, il faut qu’il prenne soin de déposer ses yeux chrétiens et qu’il y aille avec le regard de l’investigateur (qu’on lui reconnait pour avoir gagné un presitigieux prix Norbert Zongo). Et alors, ASK comprendra que la spiritualité de ses ancêtres est tellement cohérente, intelligente, tolérante etc…qu’il s’imaginait.

  10. Ce article reflète une vraie méconnaissance des religions traditionnelles africaines (RTA) et véhicule un certain nombre de préjugés. Primo, parler de l’écriture comme unique voie d’accès à la connaissance c’est oublier que la tradition orale est en elle-même une voie d’accès à la connaissance. Hamadou Hampaté Bâ ne disait-il pas à juste titre qu' »en Afrique un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle »? Il existe bel et bien des textes oraux qui se transmettent de génération en génération dans les RTA et même dans la culture africaine. D’ailleurs, beaucoup parmi nous n’ont-ils pas reçu une éducation par transmission orale? En outre, tenir une telle posture c’est ignorer que les textes des religions dites révélées ont été d’abord conservés par traditions orale avant d’être mises par écrit. Si l’écriture est une nécessité, elle n’est pas en soi un critère de supériorité d’une culture par rapport à une autre et son absence ne signifie l’impossibilité d’une transmission de la connaissance. Secundo, si certaines religions révélées se donnent une vocation universelle tel n’est pas le cas de toutes les religions. Les RTA en général ne sont ni prosélytes ni universalistes. Cette prétention universaliste a été à l’origine de beaucoup de conflits. Dans les RTA chaque communauté, chaque famille a son culte propre. Et il existe bel et bien une généalogie d’ancêtres-modèles propres à chaque communauté. Si ces religions n’ont pas une vocation universaliste, je ne vois pourquoi elles proposeraient ces ancêtres comme des modèles universels à imiter. Par ailleurs, la plupart des religions possèdent des rites d’initiation qui ont pour but d’intégrer leurs membres à la communauté. Ce n’est parce que je peux entrer librement dans une église ou une mosquée que je deviens automatiquement chrétien ou musulman. Pour l’être, il me faut être accueilli dans cette religion par un rite d’initiation qui prend des formes différentes selon la religion concernée. Tertio, si toutes les religions possèdent des lieux sacrés où se rassemble la communauté des croyants, il ne faut pas oublier que le rapport au divin n’est pas limité dans le temps et l’espace. Un adepte du culte des ancêtres par exemple peut entrer en communion avec ceux-ci partout où il se trouve. En outre, toutes les religions sont régies par des règles. Chez les catholiques par exemple, les femmes ne peuvent être prêtres, alors que dans certaines RTA, il existe des prêtresses. Chez les catholiques, par exemple l’accès à la communion est interdite à certaines personnes, de même dans certaines RTA, il existe des conditions pour participer au culte. Chez les musulmans pendant le culte, les femmes sont séparées des hommes. Chez les juifs comme chez les musulmans il est interdit de manger du porc etc… C’est dire que dans toutes les religions il existe des interdits et certaine répartition des rôles et des fonctions.Quatro, ni personne ni aucune religion ne peut prétendre avoir le monopole de la charité. Celui qui connait un peu les RTA sait que la charité n’y est pas absente. En outre, il suffit de jeter un regard sur l’histoire et sur l’actualité pour comprendre que la violence n’est pas l’apanage des seules RTA et que celles-ci ne sauraient être comme étant les religions les plus violentes. In fine, je pense que quand il s’agit de religion, il faut éviter de regarder la religion des autres avec les catégories de notre propre religion. Dire pourquoi on a choisi tel religion est légitime, le faire en diabolisant tant soit peu les autres religions l’est moins. Chacun a toujours quelque chose à apprendre de l’autre.

  11. Je tenterai, avant tout de faire une brève approche socioculturelle de la NOTION de RELIGION. Comme semble nous le faire comprendre son étymologie, la religion est un ensemble rites et prières que l’homme pratique pour se mettre en relation avec l’Être Suprême : DIEU. Cet ensemble de pratiques tire sa source dans la culture du peuple où naît ladite religion. C’est ainsi que les lois et règles de ce peuple deviennent des lois religieuses, tout comme ses mythes et légendes deviennent des Faits religieux relatés dans leurs différents livre sacrés. En regardant de plus près, on pourra aisément constater qu’aucune religion ne se crée et ne se pratique en dehors de la culture du peuple où elle naît. On se verra donc si on est musulman prier en arabe et s’habille comme un arabe et quand on est chrétien porter un prénom gréco-romain qu’on appellera nom chrétien. On peut donc dire que la RELIGION est un fait socio culturel et non divin. Il apparaît ici difficile de parler de religion africaine parce que le caractère socioculturel de cette notion fait que toute religion est institutionnel. Ce qui n’est pas le cas en Afrique. Le christianisme est parti de ce qu’on pourrait appeler le pré concile de Jérusalem avec certains apôtres dont Paul qui définissait les premières règles de ce qui devrait marquer la séparation avec le judaïsme (relativement à l’acceptation ou non de la loi de moïse), pour devenir plus tard le christianisme. C’est au 4em siècle que naît véritablement le christianisme en tant que religion. Où l’empereur Constantin initie de Concile de Nicé en 325 (le Credo de Nicée) qui définira la base de la foi chrétienne. Pour les textes qui devraient être retenue dans la bible, plusieurs évangiles, une centaine ont été rejeté pour en retenir que 4. La Bible chrétienne est le résultat d’un long processus de sélection de textes. S’il est déjà très avancé au Ve siècle, il ne s’est achevé que tardivement : il faut attendre le XVIe siècle pour que les catholiques disposent d’un inventaire des livres de la Bible faisant autorité, le XVIIe siècle pour les orthodoxes (il y a eu un concile des orthodoxes pour redéfinir ce qui devra être la nouvelle démarche de la foi orthodoxe) et ce n’est qu’au XIXe siècle que le contenu de la Bible protestante sera véritablement stabilisé. Ce qui nous ressort encore une fois le caractère non divin mais sociologique de la notion de religion. La religion étant un fait de société, elle évolue avec la société, elle se transforme avec les transformations de la société. Toutes les religions qui ne suivent pas ces règles disparaissent (là ressort le deuxième problème de « religion africaine »). Les musulmans ayant compris se principe s’adapte aussi. Ce qui fait que l’Islam s’éloigne peu à peu des certaines pratiques qui ne respectent pas les exigences de la société d’aujourd’hui.
    je reviendrai plus tard pour répondre dans le fond à tes interrogations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here