L’heure est arrivée de mettre fin à la vie des apatrides

7
7698

En disant publiquement, le samedi 15 octobre 2016, au Baron de Yopougon, que « L’heure est arrivée de mettre fin à la vie des apatrides » et en répétant qu’elle assume ses propos, Odette Lohourougnon, la présidente des femmes du FPI, a franchi un cap inimaginable dans l’irresponsabilité politique.

Odette Lohourougnon appelle clairement à la violence

La vidéo postée par un activiste pro-Gbagbo qui intervient sous un avatar, sur Facebook, a très vite été supprimée, mais elle avait été auparavant récupérée par News APR.

Dans cette vidéo de 3 minutes que je vous propose, on entend Odette Lohourougnon appeller clairement à la violence et marteler qu’elle assume ses propos.

“Aboudrahamane (Sangaré) dit: l’heure a sonné. Il dit l’heure a sonné. C’est pourquoi, il vous a envoyé sa jeunesse. C’est pourquoi il a mis en mission toute la jeunesse responsable de Côte d’Ivoire”.

Elle choisit particulièrement ses mots. A partir de la 30è seconde, elle hésite sur la phrase qu’elle va lancer, puis finit par la sortir. Ce n’est donc pas un lapsus.

Elle dit: “L’heure est arrivée de sauver la Côte d’Ivoire”. Aucun mal dans ce propos, c’est le genre de phrases que les politiciens du monde entier prononcent ordinairement, pour galvaniser leurs troupes.

« L’heure est arrivée de mettre fin à la vie des apatrides »

700 000 apatrides en Côte d’Ivoire selon le HCR

Mais quand elle dit, très distinctement: « L’heure est arrivée de mettre fin à la vie des apatrides », ce n’est plus du jeu. En Côte d’Ivoire, le HCR a dénombré, en 2015, pas moins de 700 000 apatrides, obligeant le parlement à adopter une loi, en 2013, pour faciliter la procédure d’acquisition de la nationalité, à certaines catégories d’individus. Il faut noter que de nombreux Ivoiriens, figurent parmi ces apatrides, contrairement aux idées reçues.

La question de la nationalité a été au coeur de la décennie de crise en Côte d’Ivoire. Et manifestement, ceux qui ont flirté sur les thèses racistes et xénophobes n’ont pas dit leur dernier mot.

Personnellement, mon regard est tourné vers Aboudrahamane Sangaré, le chef de file de l’opposition radicale, subtilement cité par Lohourougnon. Mon regard est aussi tourné vers les responsables de l’opposition. J’attends qu’ils se démarquent clairement de tels propos, parfaitement irresponsables. J’assume mes propos…

7 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here