André Silver Konan

Parce que nous n'avons pas le droit de nous taire

Cours le mercredi – La preuve qui confond les grévistes

Cours le mercredi – La preuve qui confond les grévistes

Regardez bien cette image (Source : Guy Tressia) relative au cours le mercredi. C’est un instituteur d’Abidjan, qui a distribué ce prospectus à ses élèves de CM2. C’est l’un des gros enjeux, sinon l’enjeu principal du débat sur les cours du mercredi matin, dans le primaire en Côte d’Ivoire.

En fait, si certains enseignants du primaire refusent les cours du mercredi matin, c’est bien à cause de ça : les cours de renforcement non gratuits, proposés, exigés ou imposés (c’est selon) aux parents d’élèves. Personne n’est dupe, toute la grève du MIDD tourne autour de cet enjeu.

Alors, je maintiens ma position que les arguments sur le nombre pléthorique d’élèves dans certaines classes, le manque de table-bancs, dans certaines écoles, etc., sont tenables, mais cela n’empêche pas de nombreux instituteurs de dispenser des cours payants, à leurs élèves, le mercredi matin.

De ce fait, je ne vois pas le mal qu’il y a, à ce qu’on revienne aux cours les mercredi matin et que cela contribue au renforcement du volume annuel de cours, au primaire, afin que nous approchions des normes internationales et relevions, en conséquence, le niveau d’étude de nos enfants. Sortons donc de nos émotions « sauvages et illimitées / inoubliables » ! L’expression n’est pas de moi, vous l’aurez compris. #JeDéconne

4 thoughts on “Cours le mercredi – La preuve qui confond les grévistes

  1. C’est absurde de penser ainsi. C’est a croire que cette mesure est prise pour sanctionner les enseignants utilisant les locaux à des fins personnelles. Si tel est le cas, le gouvernement peut prendre des sanctions individuelles

  2. J’ai lu avec délectation cette contribution d’André Sylver Konan à la compréhension des grèves dans le milieu de la famille Education-formation. Pour notre journaliste, la raison qui fonde le refus des enseignants et surtout ceux du MIDD , est l’interruption des cours payés du mercredi au profit du rajout de ce jours aux jours officiels. L a preuve qu’il produit pour justifier sa déclaration, est un bout de papier photocopié sur lequel on voit une inscription demandant aux paents de venir s’acquitter du montant exigé par un enseignant. Une approche approfondie de cette déclaration pondue de mon point de vue à la va-vite, laisse transparaître trop de failles. On ne peut faire une authentification car le document ne porte aucun cachet de l’école. Il peut être saisi partout dans n’importe quel petit cyber du quartier ou même par sa propre sécrétaire si le but qu’il poursuit est de faire dans le sensationnel. Il nomme le MIDD et suppose que c’est la raison principale du refus de faire des cours le mercredi. Je pense que là aussi, notre fin limier se perd en conjecture. Ce mouvement a un siège et il lui aurait été plus aisé d’aller à l’information. Mais non son point de vue seul est mis à contribution pour sous-tendre sa démonstration. Encore une fois, la mauvaise foi est mise en oeuvre pour déblatérer des accusations et des confusions d’une rare gravité témoignant ainsi des lacunes dont souffre la majorité de la presse ivoirienne et de nombreux journalistes qui vivotent de rumeurs et autres imaginations dont seuls le plus crétins des jacasseurs peut faire preuve. L’école et les enseignants féconde la société avec des bonnes semences. Si des personnes les contaminent avec leurs démences, c’est la communauté entière qui payent cash ces errements. La preuve, l’université ne s »en sort plus avec les vieux démons de la violence. Si ce travestissement des réalités prend racine à l’école élémentaire, j’avoue que ce sera le début d’une ruine plus grande. Alors cher André tu es vraiment déconnecté de la réalité, pour te ressourcer , va juste en face du lycée technique dans l’école Deux plateaux sud 1, communément appelé par les habitants des 216 logements » Epp Poulets perdus » pour comprendre pourquoi de tout temps les instituteurs se mettent en grève pour revendiquer des meilleurs conditions de travail. Juste pour dire que quel que soient ses diplômes, qui n’a pas commencé son apprentissage par l’ABC d’un instituteur ? Alors un peu de respect monsieur le journaliste défenseur de l’école et pourfendeur des enseignants qui sont les professionnels de l’école.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *